La maire de Paris, Anne Hidalgo, demande de "laisser des marges de respiration aux Parisiens"

La maire (PS) de Paris Anne Hidalgo a demandé au Premier ministre Jean Castex de "laisser des marges de respiration aux Parisiens" avant la possible annonce jeudi d'un reconfinement de l'Ile-de-France.

Anne Hidalgo, maire (PS) de Paris, lors d'une conférence de presse le 1er mars 2021.
Anne Hidalgo, maire (PS) de Paris, lors d'une conférence de presse le 1er mars 2021. © JACQUES WITT / POOL / AFP

À quelques heures des annonces de l'exécutif sur un possible confinement plus ou moins étendu en Île-de-France, la maire de Paris a fait savoir sa position par l'intermédiaire de son entourage.

"Quel que soit le scénario retenu, il faut laisser des marges de respiration aux Parisiens", a insisté Anne Hidalgo lors de l'entretien téléphonique mercredi soir avec le Premier ministre Jean Castex et le préfet de police Didier Lallement.

Les deux hypothèses évoquées lors de cette réunion sont un confinement total ou un confinement le week-end avec maintien du couvre-feu en semaine, selon la même source.

"Sortir un peu plus longtemps qu'une heure"

La maire de Paris ne s'est pas exprimé sur "le type de confinement le plus adapté" pour la capitale mais elle a demandé que les Parisiens puissent "sortir un peu plus longtemps qu'une heure et un peu plus loin qu'à un kilomètre" de leur domicile.

"Si on fait un confinement du week-end en région Ile-de-France, quid de ce couvre-feu à 18h? Ce sera très difficilement supportable. On sait qu'une grande partie des contaminations se font à l'intérieur et là, on va réduire les gens à rester à l'intérieur", a par ailleurs déclaré Mme Hidalgo dans un entretien sur TV5 Monde diffusé ce jeudi.

Selon son entourage, la maire de Paris, potentielle candidate à la présidentielle, a également appelé le gouvernement à "mettre le paquet sur la vaccination" et à "développer massivement les tests salivaires" afin de garantir le maintien de l'ouverture des écoles en cas de nouveau confinement. À ce sujet, elle a exclu que les écoles puissent rester ouvertes mais les cantines fermées.

Des annonces à 19h

De son côté, la présidente (Libres!) de la région, Valérie Pécresse, a dit mercredi au Premier ministre et au ministre de la Santé que "le confinement durant le week-end est certes pénible, mais moins que le confinement total", et demandé à l'exécutif de la "visibilité", a souligné un de ses proches.

Selon des informations de Radio France, le chef de l'Etat aurait exclu un confinement le week-end pour la région Île-de-France lors d'une réunion avec des maires franciliens ce mercredi. On "ne peut pas reconfiner" les Franciliens "du vendredi soir au dimanche soir, parce que c’est une vie qui est impossible". Mais "le confinement le week-end est une mesure qui est compliquée à prendre", a-t-il ajouté entretenant savamment le flou.

L'exécutif doit annoncer jeudi à 19h de nouvelles restrictions en Ile-de-France et dans les Hauts-de-France pour tenter de freiner la "troisième vague" de l'épidémie du Covid-19 qui va "taper très dur" jusqu'à la mi-avril selon le président.

Jean Castex a, lui, évoqué trois scénarios devant les parlementaires mercredi : un confinement le week-end, un confinement comme au mois de novembre ou un confinement comme celui du printemps 2020.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société covid-19