La situation sanitaire s'améliore, la RATP retrouve en partie sa fréquentation

Le trafic a augmenté de 19% au premier semestre sur l'ensemble du réseau par rapport à 2020. La fréquentation reste néanmoins inférieure à celle d'avant crise.
La baisse de fréquentation est encore inférieur de -42% à son niveau de 2019.
La baisse de fréquentation est encore inférieur de -42% à son niveau de 2019. © JOEL SAGET / AFP

Les Franciliens reprennent peu à peu les transports en commun. "On observe au premier semestre un net redressement du trafic voyageurs sur l’ensemble du réseau de + 19% par rapport à 2020, soit + 167 millions de voyageurs", se félicite la RATP par communiqué.

Mais "la crise sanitaire et ses conséquences sur les habitudes de mobilité des Franciliens continuent à impacter lourdement le trafic voyageurs, qui demeure au premier semestre inférieur de – 42% à son niveau de 2019 (soit une baisse de 744 millions de voyageurs)", nuance la RATP.

Toutefois, la Régie autonome observe une nette reprise depuis juin et la sortie du confinement. Les usagers semblent privilégier les transports de surface (bus et tramways) où la baisse de fréquentation est moins nette.

Bilan financier au vert

La RATP est ainsi revenue dans le vert au premier semestre, avec un bénéfice net de 105 millions d'euros. Le groupe public avait essuyé une perte nette de 88 millions d'euros sur les six premiers mois de 2020, affecté par la crise sanitaire et la grève contre la réforme des retraites. Le Covid-19 a encore eu un impact négatif de 94 millions d'euros sur le résultat du premier semestre 2021, selon la direction. La perte de recettes due au Covid-19 étant encore estimée à 130 millions.

"Les indicateurs sont plutôt au vert", a sobrement commenté à l'AFP le directeur financier Jean-Yves Leclercq.

La principale filiale du groupe, RATP Dev (qui gère les transports publics hors de la zone historique de la Régie), a parallèlement vu son chiffre d'affaires progresser de 7,1% à 620 millions d'euros.

Ouverture à la concurrence

"Notre principal défi pour nos activités de transport public reste le démarrage des appels d'offres pour l'ouverture à la concurrence de notre réseau historique de bus", a affirmé la PDG Catherine Guillouard.

"Nous nous y préparons avec détermination et continuons en parallèle notre développement en France et à l'international avec notre filiale RATP Dev", a-t-elle ajouté.

Pour préparer l'ouverture à la concurrence dans la région parisienne - y compris pour les lignes SNCF -, la Régie a créé une nouvelle filiale, baptisée RATP Cap Ile-de-France.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ratp économie transports