Protocole sanitaire : 850 classes fermées à Paris

Les établissements du second degré sont particulièrement touchés.

Une salle de classe vide (photo d'illustration) - Stéphane de Sakutin/AFP
Une salle de classe vide (photo d'illustration) - Stéphane de Sakutin/AFP

Les établissements scolaires parisiens – publics comme privés – continuent de subir de plein fouet l’épidémie de Covid-19. Les fermetures de classes se multiplient.

255 classes étaient fermées dimanche soir. Mais depuis l’entrée en vigueur lundi 29 mars du nouveau protocole sanitaire dans les écoles, les chiffres s’emballent. Celui-ci stipule qu’une classe doit fermer pendant au moins une semaine au premier cas de Covid détecté.

850 classes fermées

Invitée de nos confrères de RMC-BFM TV ce mercredi matin, la maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé que 850 classes sont désormais fermées dans la capitale. Elle a également dénoncé "une désorganisation très grande", ajoutant que "sur Paris on a environ 20 000 élèves qui ne sont pas en classe soit parce qu'ils sont malades soit parce que les classes sont fermées". Mme Hidalgo a également appelé à la fermeture des écoles.

L'adjoint à la mairie de Paris en charge de l'Éducation Patrick Bloche indiquait mardi soir sur Twitter que le nombre de classes fermées avait considérablement augmenté en 48h. Le nombre de classes fermées dans la capitale était ainsi passé à 473 lundi, soit une augmentation de 118, pour grimper à 722 ce mardi. Ces chiffres concernent les écoles, collèges et lycées. Le second degré est particulièrement touché par ce phénomène. Selon Anne Hidalgo, le "taux d'incidence est de 850 chez les 15-19 ans". 

"L'école n'est pas un foyer infectieux"

En un peu plus de 48h, la fermeture des classes dans la capitale a plus que triplé. Et on pourrait ne pas en rester là compte tenu de la tension épidémique régnant dans les établissements scolaires parisiens comme franciliens. 

La circulation virale dans les écoles sera sans doute au menu des discussions du 55ème Conseil de défense qui se réunit aujourd’hui à l’Élysée. Mardi soir, lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le ministre de la Santé Olivier Véran a déclaré que "l'école n'est pas un foyer infectieux (...). Nous assumons le choix de maintenir l'éducation le plus longtemps possible".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation covid-19 santé