Les centres de santé Cosem placés en redressement judiciaire

Les centres médicaux Cosem ont été placés en redressement judiciaire, annonce leur direction, ce mercredi 31 mai. L'association de santé exploite une quinzaine de centres, dont 8 situés à Paris et 1 en Île-de-France.

Les centres de soins Cosem sont visés par une enquête judiciaire sur leur gestion financière. Le redressement judiciaire est assorti d'une période d'observation de 6 mois, assure la direction, ce 31 mai.

Ces dispensaires emploient 1 350 salariés. Les centres "restent ouverts, les rendez-vous sont pris, les soins sont réalisés et les salaires sont payés durant toute cette période", a précisé la direction.

L'enquête sur la gestion financière du Cosem est menée par à la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE). Elle fait suite à deux signalements à la justice.

Plusieurs alertes sur l'association

La première alerte émanait de la Caisse primaire d'assurance maladie de Paris, elle-même informée d'une "suspicion de fraude". La seconde provenait des élus du comité social et économique (CSE) du Cosem. Ils dénonçaient des faits pouvant être qualifiés d'abus de confiance, de prise illégale d'intérêt, d'escroquerie à la Sécurité sociale et de harcèlement moral.

L'association de santé à caractère non lucratif est financée par des fonds publics - remboursements de la Sécurité sociale et subventions. La Coordination des œuvres sociales et médicales (Cosem) est dirigée par un père, directeur général depuis 2010, et ses deux fils. Les élus du CSE dénoncent des salaires exorbitants versés au père et à ses fils, des emplois fictifs de leurs épouses et des notes de frais disproportionnées. Cela représente plus de 285 000 euros pour trois personnes en 2021.

La direction affirme que la "pérennité" des centres n'est "pas en cause", mais que la procédure "permettra à l'association de retrouver sa stabilité et d'apaiser le climat social".
Le Cosem a été créé en 1945. Il revendique deux millions de consultations médicales et dentaires par an. Elles sont assurées par 700 praticiens, dans une quinzaine de centres en Île-de-France et à Rouen (Seine-Maritime), Amiens (Somme), Caen (Calvados), Lyon (Rhône), Marseille (Bouches-du-Rhône), Orléans (Loiret) et Saint-Etienne (Loire), selon son site internet.

Avec AFP

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité