Manifestation d'ultradroite à Paris : la préfecture de police se justifie alors que la polémique enfle

Plusieurs centaines de militants d'ultradroite ont été autorisés à manifester samedi à Paris, suscitant lundi de vives critiques à gauche, amenant la préfecture de police à se justifier dans un communiqué.

Près de 600 militants du comité du 9-Mai ont manifesté samedi dans le 6e arrondissement de Paris pour célébrer le 29e anniversaire de la mort d'un militant d'extrême droite, Sébastien Deyzieu, décédé accidentellement en 1994.

Ces manifestants, habillés de noir et souvent masqués, ont exhibé des drapeaux noirs marqués de la croix celtique et scandé, en fin de rassemblement, "Europe jeunesse révolution", le slogan du GUD (Groupe d'union Défense).

De nombreuses interdictions de manifester

Lundi, sur Twitter, le sénateur socialiste de Paris David Assouline a notamment interpellé le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, estimant "inadmissible d'avoir laissé 500 néo-nazis et fascistes parader au cœur de Paris". "Expliquez-vous!", a-t-il sommé dans son tweet.

Également sur Twitter, le porte-parole du PCF Ian Brossat, élu de Paris, a de son côté ironisé en milieu de journée, en écrivant: "les casseroles sont manifestement plus dangereuses que les bruits de bottes...".

Depuis l'adoption de la loi controversée sur les retraites, les interdictions de manifester se multiplient en France pour éviter des "casserolades" contre le président Emmanuel Macron et les membres du gouvernement.

"Pas fondé à prendre un arrêté d'interdiction"

La préfecture de police de Paris (PP) a justifié dans un long communiqué la non-interdiction de la manifestation d'ultradroite. La PP a souligné que "dans la mesure où cette manifestation n'avait occasionné, les années précédentes, aucun débordement ou trouble à l'ordre public, le préfet de police n'était pas fondé à prendre un arrêté d'interdiction à son encontre".

Elle a fait valoir qu'en janvier dernier, l'arrêté d'interdiction du préfet de police d'une marche aux flambeaux de "Paris fierté" (association réputée à l'extrême droite), avait "été suspendu" par le juge. Le tribunal administratif avait estimé, a relevé la PP, que "les antécédents argués de troubles en marge des rassemblements organisés par ce même collectif les années précédentes ne (permettaient) pas à eux seuls d'établir un risque de trouble à l'ordre public suffisant pour justifier l'interdiction de manifester".

"La manifestation du 6 mai a fait l'objet d'un encadrement adapté par les forces de l'ordre, pour éviter tout risque de débordement ou d'affrontements", a ajouté la préfecture de police, qui avait pris un arrêté autorisant l'enregistrement d'images par drone.

Elle a promis que "tout fait délictuel constaté lors de cette manifestation ou que l'exploitation postérieure des images permettrait d'identifier fera(it) l'objet d'un signalement à l'autorité judiciaire".

Source : AFP

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité