Municipales à Paris : LR investit une candidate face au baron de la droite Philippe Goujon

LR a décidé de présenter Agnès Evren face au maire sortant du XVe arrondissement, Philippe Goujon : un baron de la droite qui refuse de soutenir Rachida Dati, la candidate désignée par le parti pour tenter de battre Anne Hidalgo.

Philippe Goujon (LR), en 2016 (illustration).
Philippe Goujon (LR), en 2016 (illustration). © FRANCOIS GUILLOT / AFP
Face au casse-tête du XVe, Les Républicains ont finalement tranché : le parti annonce ce mercredi qu’il présentera une candidate face à Philippe Goujon, à la tête de l’arrondissement. Le président de LR Christian Jacob explique en effet que sa formation politique a décidé d’apporter son soutien à Agnès Evren – conseillère de Paris du XVe arrondissement et députée européenne – à la "quasi-unanimité à deux voix près". "Je souhaite que, comme dans tous les autres arrondissements, l'électeur parisien qui a envie de voter pour LR et pour Rachida Dati ait la possibilité de le faire", a ainsi justifié Christian Jacob. Philippe Goujon, qui refusait malgré les multiples pressions d'apporter son soutien à Rachida Dati, avait expliqué qu'il se rangerait aux côtés du mieux placé pour battre Anne Hidalgo. Rachida Dati a donc mis à exécution sa menace d'une candidature LR en désignant Agnès Evren, qui s'est engagée dès le début de la campagne à ses côtés.

LR face à Philippe Goujon et le choix d'une candidature sans étiquette

Agnès Evren est donc censée désormais porter « la dynamique de Rachida Dati pour reconquérir Paris dans cet arrondissement stratégique de la capitale », d’après un communiqué de son équipe. Du côté du XVIe arrondissement, l'avocat Francis Szpiner a été investi en remplacement de Claude Goasguen. Le conseiller politique de Rachida Dati "figurera sur la liste", précise toutefois son équipe. Dans le XIe arrondissement enfin, la CNI a apporté son soutien à Nelly Garnier, la directrice de campagne de Rachida Dati. Elle remplace ainsi François Demas, conseiller culture au cabinet de Valérie Pécresse, qui avait déjà été investi mais a renoncé "pour des raisons de santé".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections les républicains