• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Neymar visé par une enquête de l'UEFA après avoir critiqué l'arbitrage de PSG/ManU

Neymar, ici lors du match PSG/Strasbourg le 23 janvier 2019. / © AFP/Franck Fife
Neymar, ici lors du match PSG/Strasbourg le 23 janvier 2019. / © AFP/Franck Fife

Le joueur parisien risque jusqu'à plusieurs matches de suspension pour la saison prochaine.

Par France3 IDF (avec AFP)

L'affaire remonte au 6 mars dernier, lors du PSG-ManU en 8e de finale de Ligue des champions. Neymar, blessé et en tribunes au Parc des Princes, avait laissé exploser sa colère sur les réseaux sociaux après le penalty fatal au PSG accordé dans les dernières minutes à Manchester United (1-3) après consultation de l'arbitrage vidéo. "C'est une honte! Ils mettent 4 gars qui n'y comprennent rien au foot pour revoir le ralenti (...) Qu'ils aillent se faire foutre", avait ainsi écrit l'ancien joueur du Barça. Depuis, Neymar, lui, ne s'est pas excusé.
 

En la matière, il existe une jurisprudence peu clémente établie par... un autre joueur du PSG. En mars 2015, Serge Aurier, alors défenseur du PSG (aujourd'hui à Tottenham) avait été le premier joueur sanctionné par l'UEFA de trois matches de suspension pour des propos tenus sur les réseaux sociaux. Le joueur avait ensuite présenté ses excuses : "Je demande pardon à M. Kuipers, à ses assistants ainsi qu'à tous les arbitres pour ma réaction après le match à Chelsea".
 

L'UEFA défend ses arbitres

Fait rare, l'UEFA était revenue deux jours après le match PSG-Manchester United en détails sur les différentes actions de jeu qui avaient suscité la polémique en Ligue des Champions, dont le penalty sifflé contre le PSG, défendant photos à l'appui les décisions arbitrales prises avec ou sans recours à l'assistance vidéo. Sur la main du défenseur parisien Presnel Kimpembe et le penalty accordé dans le temps additionnel à Manchester United, l'arbitre, qui n'avait pas "clairement détecté" la main en temps réel, a été convaincu par les multiples ralentis, a expliqué l'UEFA.

Sur le même sujet

Une start-up développe une ruche connectée pour préserver les abeilles

Les + Lus