"Non à l'abattage de platanes, non à la construction d'une tour Quai d'Ivry ", des associations écologistes mobilisées

Plusieurs associations environnementales et élus parisiens se sont rassemblés ce dimanche matin quai d'Ivry dans le XIIIe arr.de Paris. Ils protestent contre l’abattage d’une vingtaine de platanes en bord de Seine, premier pas vers un réaménagement du quartier.
22 platanes doivent être abattus Quai d'Ivry à Paris
22 platanes doivent être abattus Quai d'Ivry à Paris © SOS Paris

Les platanes de la colère

"On bat le pavé pour empêcher l’abattage de ces 22 arbres par les élagueurs. C’est déplorable, ces arbres nous permettent de respirer, c’est incompréhensible". Christine Nédelec, la présidente de la FNE Paris, France Nature Environnement Paris, est en colère. Soutenue par plusieurs associations comme ADA 13, SOS Paris, La
Seine N’Est Pas à Vendre, la FNE Paris fustige ces abattages. "Il n’y a pas d’arrêté, juste un document de la SEMAPA, Société d'Economie Mixte d'Aménagement de Paris, qui parle de travaux préparatoires dans le cadre de l’aménagement de la zac Bruneseau nord informant de ces abattages. On peut lire que les arbres seront replantés à l’horizon 2023. Avec à terme plus d’arbres. Cela nous fait une belle jambe car il faut 25 à 50 ans pour qu’un arbre se déploie", explique Christine Nédelec.

En colère également, Marie Attallah, conseillère EELV du XIIIe arr. de Paris : "On vient pour dénoncer une politique qui tourne le dos à l’urgence du dérèglement climatique car couper des platanes qui ont 60 ans face aux enjeux environnementaux est une absurdité. On nous dit qu’à la place, on va faire une végétalisation. Cela n’a rien à voir ! Pour nous la végétalisation ne justifie pas l’abattage. Et tout cela pour construire une tour !", dénonce l'élue parisienne.
   

Le réaménagement de la zac Bruneseau, objet de la discorde

 

Ne laissons pas la ville détruire un alignement de 22 arbres pour imposer une tour de 100 m de haut en bord de Seine sur notre espace public

FNE Paris

Au-delà des abattages de ces 22 platanes, les associations s’élèvent contre le projet de réaménagement de la ZAC Bruneseau. Le quartier Bruneseau fait le lien entre Paris et Ivry-sur-Seine. Ce réaménagement a commencé en 2013 avec les travaux sur les bretelles d'entrée et de sortie du périphérique Quai d'Ivry. La mairie de Paris prévoit la construction de logements, de bureaux, d'équipements publics, de commerces, de jardins et... de tours. Plusieurs sont en construction dont les tours Duo dessinées par Jean Nouvel et une tour de 100 mètres qui hérisse aujourd'hui les défenseurs de l'environnement.
 
Des associations se mobilisent ce dimanche contre l'abattage des arbres
Des associations se mobilisent ce dimanche contre l'abattage des arbres © SOS Paris


"Ici on va construire des tours dans une zone déjà très bétonnée et dépourvue de nature", explique Christine Nédelec. "En réalité, ces abattages ont pour fonction de déclasser une partie du domaine public pour étendre la constructibilité en bord de Seine et permettre le projet Bruneseau Nord. Sur l’emplacement des 22 arbres abattus sera construite une tour de logements en accession de 100 m de haut, très près de la Seine. Cette tour annonce 8 bâtiments de 50 à 180 m de hauts à l’étude, sur les 3,5 hectares de terrains libérés sous les bretelles de l’échangeur du Boulevard périphérique Porte d’Ivry. Ce projet n’a pas été voté en conseil de Paris. Il y a eu un concours d’architectes dans le cadre de "Réinventer Paris". Lors de la consultation sur le réaménagement de la zac Paris Rive Gauche, on s’est opposé mais il n y a pas de dialogues", poursuit-elle.

Aujourd'hui les associations mobilisées demandent un réexamen du projet Bruneseau Nord. Contactée ce matin, la mairie de Paris n’a pas donné suite à notre demande d’interview.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement écologie urbanisme aménagement du territoire