"On rentrait chez nous à 2h du matin, on repartait à 5h" : fermeture d'Orange Bank, la colère des salariés

durée de la vidéo : 00h02mn00s
"On rentrait chez nous à 2h du matin, on repartait à 5h" : fermeture d'Orange Bank, la colère des salariés - reportage de Marie Chambrial et Floriane Olivier ©France 3 PIDF

Les salariés de la banque en ligne, dont le siège est à Montreuil, protestent contre la fermeture annoncée de leur entreprise. Ils dénoncent notamment les conditions de reclassement qui leur sont proposées.

Hier à 13h, les salariés d'Orange Bank cessent le travail et descendent dans la rue. En juin dernier, le groupe a annoncé la fermeture de sa filiale bancaire. Un coup de massue pour les employés qui ont œuvré pour le lancement de la banque en ligne en 2017.

"On rentrait chez nous à 2h du matin, on repartait à 5h du matin, on travaillait les week-ends pour ouvrir des comptes pour Orange. On y croyait dur comme fer. Mes équipes étaient les premières à faire des heures pas possibles et aujourd'hui on leur crache à la figure", déplore Benoît, un salarié de l'entreprise.

Un plan de sauvegarde "exemplaire"

Les employés protestent surtout contre les modalités du plan de sauvegarde pour l'emploi mis en place par la direction du groupe. Hausse de l'indemnité de départ, reclassement du maximum de salariés, les revendications sont nombreuses et, pour les syndicats, le compte n'y est pas : "Ce que l'on attend d'Orange, au-delà de l'exemplarité, c'est un vrai investissement, celui qu'il aura fallu durant 6 à 7 ans pour monter une banque hors-sol, de toutes pièces. Un modèle disruptif, quelque chose qui n'avait jamais été fait dans la banque donc si on doit être fermé, autant que la fermeture soit exemplaire", demande Gwladys Flory-Celini, déléguée syndicale CFDT Orange Bank.

À Montreuil (Seine-Saint-Denis), l'entreprise emploie plus de 400 personnes : "Quand on parle d'Orange, on ne parle pas d'une petite entreprise. Ils font beaucoup d'argent, ils ont 140 000 salariés de par le monde et donc il faut que chaque salarié de la filiale Orange Bank ait une vraie solution. Qu'ils puissent rentre chez eux et se dire 'je vais pouvoir continuer à vivre correctement' ", matraque Patrice Bessac, le maire (PS) de Montreuil.

Les élus ont été reçus par la direction, l'entreprise a réaffirmé sa volonté d'accompagner tous les employés et de poursuivre les discussions avec les syndicats. Les salariés ont déjà prévu de se mobiliser à nouveau dans les semaines à venir.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité