• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

A Paris, Autolib s'en va ... les trottinettes électriques débarquent

© Limebike.com
© Limebike.com

La concomitance est frappante et amusante, mais c'est un hasard : le jour où se profile la disparition des voitures électriques Autolib', la trottinette électrique en libre service fait son entrée dans les rues et sur les trottoirs de Paris

Par Christian Meyze

C'est une société américaine, baptisée Lime, qui, la première à Paris, tente le marché de la trottinette électrique en libre-service, et en "free floating" (c'est à dire sans borne d'accrochage, et que l'on peut prendre et laisser n'importe où) comme il se doit aujourd'hui.


Des centaines de trottinettes


Déja installé dans 60 villes américaines, mais aussi à Berlin et Francfort en Allemagne, comme à Zurich, en Suisse, la société californienne Lime part maintenant à la conquête de Paris. Dès vendredi 22 juin, dit le communiqué de Lime qui annonce son arrivée, ce sont des centaines de trottinettes Lime-S qui seront déployées en libre-service dans le centre de Paris.

« Avec Lime-S, nous proposons la solution de smart mobilité qui manquait à la capitale, explique le directeur général de Lime France. La trottinette électrique sans borne permet d’échapper aux aléas des embouteillages et des transports en commun. Notre trottinette offre une expérience plus ludique et pratique que n'importe quel autre mode de transport ».

Lime, l'un des leader du vélo partagé aux Etats-Unis, explique s'être lancé dans l'expérience de la trottinette pour répondre à la demande du public américain, qui, selon la société, plébiscite la trottinette.

La trottinette Lime-S dispose d'une autonomie électrique de 50 kilomètres. Sa vitesse est limitée à 24 km/heure (ce qui va très vite). Son tarif sera de 1€ forfaitaire par course, puis vous rajouterez 15 centimes par minute d'utilisation.

Mais surtout, la société promet que les trottinettes seront ramassées chaque soir à partir de 21 heures, pour être rechargées et réparées le cas échéant, avant d'être remises à disposition à partir de 5 heures du matin. Le dispositif, s'il est réellement assumé, a deux avantages : il évite le vandalisme trop important et l'encombrement des trottoirs. Il faudra juger sur la durée.

Dernière précision : le tout, pour l'usager, est piloté par une petite application qui va bien, comme il se doit. Disponible Androïd et IOS.
William Van Qui et Christian Mirabaud
Autolib s'en va ... les trottinettes arrivent

 

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus