• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Paris : pas de trêve hivernale pour le nouveau centre d'hébergement d'urgence du Boulevard Ney

© Florie Castaingts / France 3 Paris Ile de France
© Florie Castaingts / France 3 Paris Ile de France

Le centre d'une capacité de 120 personnes est prévu pour 4 ans maximum. Il héberge en majorité des familles et des mères isolées. Elles seront guidées vers l'emploi et vers une solution de logement pérenne. 

Par F.C

Dans le tout nouveau centre d'hébergement d'urgence du 18e arrondissement, des hommes en bleu de travail effectuent les derniers travaux d'aménagement. Le site, un ancien immeuble de bureaux de la SNCF a été réinvesti pour accueillir 120 personnes qui étaient jusqu'alors expulsables.

Parmi elles, Adriana, 22 ans. Venue d'Angola il y a 7 ans, elle est la maman d'une petite fille de 9 mois. Elle est arrivée au centre du Boulevard Ney jeudi 28 mars dernier et pour elle c'est un soulagement. "Le début de la semaine, c'était catastrophique, j'étais en pleine panique, parce que je ne savais pas là où j'allais partir et j'avais vraiment très peur de retourner dans le 115 et faire trois jours d'hôtel par ci, trois jours d'hôtel par là."

L'ouverture de ce centre été, comme hiver, fait suite à la fin de la trêve hivernale entrée en vigueur au 31 mars. Car cette date ne concerne pas le seul processus des expulsions locatives, désormais autorisées. Depuis, de nombreux sites d'hébergement d'urgence en Ile-de-France vont fermer progressivement.

"Se retrouver à la rue, on n'osait même pas l'imaginer"

Les anciens bureaux ont été remplacés par des chambres seules ou partagées par des mères isolées et des familles en difficulté. 
Les sanitaires et les cuisines sont en commun. "C'est mieux que ce que j'imaginais," explique Corine, 30 ans, mère d'un garçon de 4 mois qui vient d'aménager avec une autre maman isolée. Et de reprendre : "On nous avait prévenus il y a un mois que le centre de l'Hôtel Dieu où nous étions, allait fermer. On ne savait pas ce qu'on allait devenir. [...] Se retrouver à la rue c'était atroce et on n'osait même pas l'imaginer."

L'objectif est simple pour l'association Alteralia en charge du projet du centre du quartier de La Chapelle : que chaque personne hébergée retrouve un emploi ou une formation et à terme, une situation professionnelle stable qui lui permette d'obtenir une solution de logement pérenne au bout d'un an. 

Mais ce centre a une espérance de vie de courte durée. L'emplacement qu'il occupe est déjà prévu pour l'extension du campus Condorcet. D'ici quatre ans, l'immeuble sera démoli. 
 
Centre d'hébergement d'urgence Boulevard Ney
Reportage de Loïc Blache, Florie Castaingts et Floriane Olivier. Intervenants : Adriana / Michel Cadot Préfêt d'Île-de-France



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Paris : les points de discorde entre Les Verts et Anne Hidalgo

Les + Lus