Le président du Stade Français Hubert Patricot démissionne, remplacé par le propriétaire Hans-Peter Wild

Hubert Patricot aux côtés de Hans-Peter Wild, milliardaire suisse et propriétaire du Stade Français, à l’été 2017. / © FRANCOIS GUILLOT / AFP
Hubert Patricot aux côtés de Hans-Peter Wild, milliardaire suisse et propriétaire du Stade Français, à l’été 2017. / © FRANCOIS GUILLOT / AFP

Après un mauvais début de saison, le président du club parisien Hubert Patricot démissionne. Il est remplacé à son poste par le propriétaire : Hans-Peter Wild, richissime entrepreneur suisse.

Par France 3 Paris IDF / AFP

Il se retrouve désormais seul à la tête du Stade Français. Le richissime avocat et entrepreneur suisse Hans-Peter Wild, propriétaire du club depuis mai 2017, en est maintenant aujourd’hui aussi le président. Hubert Patricot a en effet présenté sa démission en réunion du Conseil d'Administration mercredi, d’après un communiqué.

Hans-Peter Wild a expliqué prendre avec confiance son nouveau rôle, auprès de L’Equipe : « J'ai accepté la démission d'Hubert et le fait de prendre la présidence moi-même. J'ai énormément appris, je me suis fait mes propres opinions. »
Depuis le début de la saison, le bilan parisien reste médiocre, avec trois défaites cumulées lors des quatre premiers matches de Top 14. Le manager sud-africain Heyneke Mayer, choisi par le propriétaire, reste ceci dit bel et bien en place.

« Je n'avais jamais eu dans ma feuille de route l'idée d'être un jour président d'un club professionnel »

L’ex-sélectionneur des Springboks est pourtant très contesté. Il a en entièrement remodelé l'effectif du Stade Français, se séparant ainsi contre leur volonté – et celle de bon nombre de supporters – de figures emblématiques comme Sergio Parisse, Djibril Camara, Alexandre Flanquart. Des membres du staff, Robert Mohr et Julien Dupuy, avaient également dû partir.

« Je n'ai pas perdu mon enthousiasme, je reste persuadé que nous avons un bon projet, a ajouté par ailleurs le nouveau président. Je pense que nous avons fait beaucoup de progrès, même si la situation sportive actuelle est dure. Est-ce que je suis découragé ? Absolument pas. Quand on commence quelque chose, il faut le finir. »

De son côté, Hubert Patricot a justifié sa démission en affirmant qu'il n'avait « jamais eu dans (sa) feuille de route l'idée d'être un jour président d'un club professionnel », toujours à L’Equipe : « Quand Hans-Peter m'a demandé de prendre la présidence en 2017, on avait parlé d'un horizon à deux ou trois ans. C'est le bon moment pour moi de partir. C'est à la performance sportive d'être désormais la locomotive du club. »
 

A lire aussi

Sur le même sujet

A Versailles, le quartier des Chantiers entièrement rénové

Les + Lus