Quand des élus parisiens refusent de toucher leurs indemnités

Une information du journal Le Monde a indiqué que deux Conseillers de Paris ont refusé de toucher la moindre indemnité de la part de la Ville, pouvant parfois grimper jusqu'à 50 000 euros par an.

Hôtel de Ville de Paris - AFP
Hôtel de Ville de Paris - AFP

Pierre Casanova et Agnès Evren, deux élus pas comme les autres ? Ils sont tout deux de l'opposition et Conseillers de Paris. Le premier à 52 ans. Il est avocat de profession et Conseiller (MoDem) pour le 5ème arrondissement. La seconde à 49 ans. Elle est vice-présidente des Républicains (LR), présidente des Républicains à Paris, Conseillère pour le 15ème arrondissement et députée européenne.

Selon un article du Monde, M. Casanova et Mme Evren n'ont pas perçu la moindre indemnité depuis leur élection en juin, contrairement aux 161 autres membres du conseil municipal. Après six mois de mandat (débuté en juin) Pierre Casanova, aurait pu, d'après le quotidien, toucher plus de 25 000 euros brut, à l'instar des autres Conseillers de Paris, et donc plus de 50 000 euros par an. Il n’en est rien. Il a fait une croix dessus. Et il en a fait, lui-même, la demande. « C'est une décision personnelle, pas politique », assurent ses proches, cités par le quotidien. Il estime par ailleurs que le salaire que lui verse le cabinet d'avocats où il officie est suffisamment conséquent. Contacté par France 3 Paris Île-de-France, M. Casanova n’a pas voulu répondre à nos questions, préférant ne pas ébruiter cette affaire.

Dans le cas de Mme Evren, les raisons sont différentes. "Je ne veux pas donner de leçon de vertu ni de morale à qui que ce soit, mais il est important de faire de la pédagogie : expliquer qu’on ne fait pas de la politique pour cumuler des indemnités mais pour servir là où on l’on pense être le plus utile", confie-t-elle, interrogée par France 3 Paris Île-de-France, affirmant avoir refusé ses indemnités dans un souci de "transparence". "J’ai déclaré me mettre en conformité avec la loi en ne percevant aucune indemnité parisienne (…) il y a un plafond maximum légal autorisé", insiste la députée européenne. Elle rappelle toutefois que parmi les "500 000 élus locaux en France. 85% sont bénévoles" et que de tous les mandats qu’elle exerce, le seul lui générant des revenus est celui de député européen.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique