• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Quand la réalité virtuelle transforme le spectateur en acteur d'un spectacle de danse

Des caméras infrarouge capteront les mouvements des deux danceurs pour les reproduire en direct dans le casque de réalité virtuelle que portera le spectateur présent lui aussi sur scène dans des cabines (à gauche). / © France3 IDF/Loïc Blache
Des caméras infrarouge capteront les mouvements des deux danceurs pour les reproduire en direct dans le casque de réalité virtuelle que portera le spectateur présent lui aussi sur scène dans des cabines (à gauche). / © France3 IDF/Loïc Blache

L'équipe de Cloud dancing était en résidence toute cette semaine à Paris, au Centre Wallonie-Bruxelles (4e arrondissement), pour travailler sur le projet "immersif".

Par Loic Blache

Dans le sous-sol du centre Wallonie-Bruxelles avait lieu cette semaine une résidence artistique un peu particulière. Cloud dancing, un spectacle qui mêle danse et nouvelles technologies, a vu le jour fin septembre 2018 à Liège après avoir remporté le Dansathon. Depuis, toute une équipe s'est formée autour d'Aurélien Merceron, le réalisateur du projet.

"Je cherche à faire entrer le spectacteur dans le spectacle, à faire interagir le spectateur avec les danseurs", détaille celui qui était ingénieur en informatique dans une précédente vie. "Je veux vraiment créer de l'intimité."
 

Des danseurs filmés et miniaturisés en direct

Sur scène, plusieurs "cabines d'essayage" accueillent les spectateurs choisis pour vivre cette expérience en réalité virtuelle. Au milieu, deux danseurs : la Bretonne Fiona Houez et le Belge Keita Joseph, tous les deux 26 ans. Cinq ordinateurs et deux caméras infrarouge complètent le dispositif pour capter leurs mouvements et les reproduire en direct dans les casques de réalité virtuelle.

Les spectateurs sont alors plongés dans différents univers (une peinture, une forêt, une ville...), avant qu'un papillon ne vienne se poser dans leur main. C'est alors qu'ils verront les danseurs, miniaturisés, évoluer dans leur propre main, avant de grandir et de revenir à taille réelle pour les inviter à danser avec eux.
 
Grâce à deux caméras, les danseurs seront miniaturisés en direct et pourront ainsi danser dans la main des spectateurs. / © France3 IDF/L. B.
Grâce à deux caméras, les danseurs seront miniaturisés en direct et pourront ainsi danser dans la main des spectateurs. / © France3 IDF/L. B.

"La 3D, la réalité virtuelle et les mathématiques, ce n'est pas mon monde", reconnaît Fiona Houez. "J'étais très curieuse du projet mais, le premier jour de résidence, je ne comprenais rien !" La danseuse reconnaît toutefois : "la réalité virtuelle, ça laisse un champs infini de possibilités, c'est un jeu sans fin !"

Pendant vingt minutes, Cloud dancing va jouer avec les distances (taille des danseurs et éloignement danseurs-spectateur). "On peut être loins d'eux ou proches, entrer dans leurs corps...", complète Keita Joseph. "On cherche à perturber les gens, à questionner leurs perceptions."
 
Extrait de Cloud dancing

Après cette semaine de résidence parisienne, il reste encore pas mal de réglages et d'ajustements à faire pour que la réalité virtuelle se coordonne avec la danse comme imaginé. Encore plusieurs semaines de travail donc, avant une dernière résidence à Liège fin septembre. Cloud dancing montera alors réellement sur scène le 11 octobre à Londres et le 19 octobre à la Maison de la danse de Lyon.

L'équipe de Cloud dancing

Concept et réalisation : Aurélien Merceron
Ecriture et programmation WebVR : Roman Miletitch
Chorégraphie et danse : Fiona Houez et Keita R. Joseph
Mise en scène et scénographie : Zakaria Bady
Composition musicale : Simon Phelep
3D art et visual effects : Radu Coto
Illustratrice sonore : July M.
Sculpture VR et illustration : Benjamin Baret
Regard extérieur : Isabella Soupart
Production : Constance Clarisse

Sur le même sujet

toute l'actu Danse

Incendie à Levallois-Perret

Les + Lus