Référendum sur les trottinettes en libre-service : les Parisiens devront se déplacer pour voter

Le vote par correspondance ne sera pas possible lors de la "votation citoyenne" organisée par la mairie de Paris le 2 avril prochain.

"Pour ou contre les trottinettes en libre-service à Paris ?" : voici la question que posera la mairie de Paris aux Parisiens le 2 avril prochain.

Pourront voter tous les électeurs parisiens inscrits sur les listes électorales municipales. Les bureaux de vote seront ouverts de 9h à 19h, mais la liste des lieux n'a pas encore été publiée.

Si les inscriptions électorales restent ouvertes jusqu'au 3 mars à minuit, le vote par procuration ne sera pas possible, précise la municipalité.

Résultats proclamés le jour même

Les résultats définitifs du scrutin seront proclamés le 2 avril au soir et publiés sur le site Paris.fr.

Son déroulement sera placé sous le contrôle d'une Commission de contrôle indépendante présidée par Yves Charpenel, premier avocat général honoraire près la Cour de cassation et président de la Commission de déontologie de la ville de Paris. Cette commission de contrôle sera composée de trois "personnalités qualifiées" et de deux Parisiens tirés au sort.

15 000 trottinettes en location libre-service

Dans un entretien au Parisien, le 15 janvier, la maire PS Anne Hidalgo avait indiqué pencher pour "qu'on arrête" les trottinettes en libre-service. "Mais je respecterai le vote des Parisiens", avait-elle souligné.

Fin septembre, la mairie avait menacé les trois opérateurs Lime, Dott et Tier, qui totalisent une flotte de 15 000 véhicules, de ne pas renouveler leur contrat, qui arrive à échéance fin mars.

Entre les accidents et les utilisateurs circulant à deux ou sur les trottoirs, parsemés de trottinettes mal garées, Paris s'interroge sur le "rapport coût/bénéfices" des trottinettes, ainsi que sur leur "coût environnemental", avait indiqué David Belliard, l'adjoint aux mobilités et à la voirie.

Début février, les trois opérateurs de trottinettes s'étaient dit "inquiets de la sincérité" du scrutin du 2 avril et avaient appelé Anne Hidalgo à en préciser rapidement les modalités.

Source : AFP