Les Républicains : la présidente du groupe LR au Conseil de Paris et la maire du 9e quittent le parti

La crise continue à droite après l’échec des européennes : Florence Berthout, présidente du groupe Les Républicains à la Ville de Paris, et Delphine Bürkli, maire du 9e arrondissement, annoncent chacune de leur côté quitter le parti.

La droite parisienne prend peu à peu un nouveau visage après les européennes et la démission de Laurent Wauquiez de la présidence LR, avec deux nouveaux départs coup sur coup. Première annonce : Florence Berthout, présidente du groupe Les Républicains à la Ville de Paris et par ailleurs maire du 5e, quitte le parti et apporte désormais son soutien à Emmanuel Macron.

Dans un entretien accordé lundi au Figaro, l’élue juge que la formation politique subit un « rétrécissement idéologique » ces dernières années. Elle évoque entre autres l’incapacité à « rassembler des électeurs que le gaullisme savait réunir » et « le positionnement personnel sur la loi Veil » de François-Xavier Bellamy, tête de liste aux européennes.
 

« Rassembler des électeurs que le gaullisme savait réunir »

Si elle explique être « en accord avec » la récente tribune de soutien au président de la République publiée par 72 maires et élus locaux de droite et du centre, elle ne s’avance pas pour l’instant quant à d’éventuelles alliances LR/LREM aux municipales parisiennes de 2020.Second départ : Delphine Bürkli, maire du 9e. L’élue a en effet également annoncé lundi claquer la porte du parti, dans une interview du Parisien cette fois-ci.

Delphine Bürkli y affiche son soutien au gouvernement : « Dans le contexte de recomposition politique, je souhaite appartenir au camp du progrès, d'une droite sociale et pro-européenne, d'une droite écologique. Aujourd'hui, cette droite moderne est incarnée par Edouard Philippe. »
 

Quelles alliances entre LR, ex-LR et LREM pour les municipales de Paris ?

Delphine Bürkli ne rejoint pas Valérie Pécresse, qui a également annoncé quitter LR après les européennes. La présidente de la région Île-de-France se projetterait d’après elle « clairement pour la présidentielle de 2022 », alors que l’élue parisienne préfère se concentrer sur les prochaines municipales.

Et, contrairement à Florence Berthout, elle appelle d'ores et déjà clairement à un « programme commun de l'opposition parisienne » avec « les écologistes réformistes comme Yannick Jadot ». La crise continue donc chez les élus LR à Paris, après – autre démission plus rapide – le départ du maire du 17e Geoffroy Boulard, fin mai déjà.