Retraites : malgré une mobilisation en baisse, des dizaines de milliers de personnes manifestent à Paris

Les manifestants sont venus encore en nombre ce jeudi 16 janvier à Paris. Ils étaient 250.000 selon la CGT. Un nombre en baisse par rapport à la manifestation du 9 janvier dernier.
Des milliers de personnes ont défilé ce jeudi 15 janvier à Paris
Des milliers de personnes ont défilé ce jeudi 15 janvier à Paris © Quentin Duval - France 3 Paris Ile-de-France
Six semaines de conflit. Les syndicats opposés à la réforme des retraites ont tenté jeudi de  mobiliser avant un nouveau rendez-vous le 24 janvier. Selon les chiffres de la CGT (qui fait partie de l'intersyndicale qui a appelé à la mobilisation avec FO, Solidaires, FSU, CFE-CGC et trois organisations de jeunesse) revendique 250.000 manifestants à Paris. Selon la confédération, ils étaient 370.000 le 9 janvier dernier.

Cette fois-ci, on y trouvait en grande majorité des enseignants, malgré des taux de grévistes en baisse dans l'Éducation nationale (6,6% dans le primaire et 6,83% dans les collèges et lycées, selon le ministère à la mi-journée), mais aussi des avocats en robe, des cheminots, des agents de la RATP ou des étudiants.

L'intersyndicale hostile à la réforme espère retrouver une mobilisation conséquente après plusieurs journées d'actions en retrait par rapport aux 805.000 manifestants du 5 décembre, selon le ministère de l'Intérieur.

"La détermination est toujours aussi grande", a assuré le numéro un de la CGT Philippe Martinez. "Il n'est jamais trop tard pour faire céder un gouvernement."

Mais "il n'y a pas l'idée que le gouvernement aurait bougé en quoi que ce soit", a estimé Benoît Teste (FSU), reconnaissant que "la lassitude, c'est le risque de ce mouvement".  

Soutien de l'opinion

Si la mobilisation baisse, elle reste soutenue majoritairement par l'opinion publique, selon plusieurs récents sondages.

Selon une étude de Harris Interractive pour RTL et AEF Info réalisé après l'annonce du Premier ministre Edouard Philippe,  60% des Français (60%) soutiennent toujours les manifestations et la grève contre la réforme des retraites. L'exécutif a répondu à la demande des syndicats réformistes (CFDT, Unsa et CFTC) en acceptant de supprimer l'instauration progressive à partir de 2022 d'un âge pivot assorti d'un bonus-malus. Et une "conférence de financement" sera chargée d'ici à fin avril de trouver les moyens de garantir l'équilibre financier en 2027.

Mais le compromis proposé est un "leurre" pour les syndicats hostiles à la réforme qui ont annoncé de nouvelles mobilisations les 22, 23 et surtout 24 janvier, avec une 7e journée d'action nationale à l'occasion de l'examen du projet de loi en Conseil des ministres.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social retraites