Rue de Trévise : un accord validé pour indemniser les victimes, trois ans après l’explosion

Publié le
Écrit par PDB / C. Cabral / M. Prévost
L’explosion survenue le 12 janvier 2019 rue de Trévise a fait quatre morts et 66 blessés.
L’explosion survenue le 12 janvier 2019 rue de Trévise a fait quatre morts et 66 blessés. © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

Près de trois ans après la violente explosion de gaz rue de Trévise, dans le IXe arrondissement de Paris, un accord d’indemnisation a été trouvé. Un nouvel hommage aux victimes est prévu mercredi.

La Ville s’était récemment dite prête à signer. Trois ans après l'explosion rue de Trévise, les avocats des différentes parties ont validé lundi soir l’accord-cadre qui doit fixer les modalités d'indemnisation des victimes. Le 16 novembre dernier, le Conseil de Paris avait déjà voté le provisionnement d'une somme de 20 millions d'euros pour financer le dispositif. Pour rappel, le drame, survenu le 12 janvier 2019, a fait quatre morts et 66 blessés. De nombreux riverains ont par ailleurs été sinistrés.

"Nous attendons un calendrier", a annoncé sur Twitter l’association Vret (Victimes et Rescapés de l'Explosion de la Rue de Trévise). Rassemblées ce mardi matin dans le cadre d’une conférence de presse organisée à proximité de la rue de Trévise, les associations de victimes ont salué la validation d’un accord de principe.

Dominique Paris, présidente de l’association Trévise Ensemble, évoque un "soulagement" : "C’est un combat que nous menons depuis trois ans maintenant, depuis l’accident. Aussi, nous savons que c’est la première étape parce qu’il va y avoir la mise en œuvre de cet accord-cadre, et ça va prendre du temps."

"Ce qu’on attend vraiment, c’est la prise en charge des soins, pour toutes les victimes grièvement blessées. Deux d'entre elles sont actuellement hospitalisées. On attend vraiment la date de mise en œuvre, qui fera effet pour les victimes", souligne de la même manière Linda Zaourar, présidente de l’association Vret.

Un accord "n'impliquant aucune reconnaissance préalable de culpabilité", indique la Ville de Paris

De son côté, la Ville de Paris, mise en examen dans le volet pénal de ce dossier, a expliqué dans un communiqué qu’elle avait "toujours exprimé sa volonté de participer par tout moyen à l'indemnisation des victimes, indépendamment de l'établissement des responsabilités de chacun dans le cadre de l'information judiciaire toujours en cours".

"Alors que des analyses concordantes excluaient qu'une collectivité puisse participer à un fonds d'indemnisation sans habilitation législative, la Ville a adressé un courrier au Gouvernement, le 5 novembre 2020, sollicitant son avis juridique afin d'autoriser exceptionnellement ce fonds en raison du caractère unique de la situation", poursuit le communiqué.

"Une réponse de la déléguée interministérielle d'aide aux victimes, en date du 11 septembre 2021, a finalement présenté l'analyse du ministère de la Justice et précisé les modalités et conditions de participation de la collectivité parisienne à un accord-cadre d'indemnisation n'impliquant aucune reconnaissance préalable de culpabilité", conclut la Ville.

Dernière étape avant la signature de l’accord-cadre : un Conseil de Paris extraordinaire est convoqué le 17 janvier. Mercredi, comme chaque année depuis le drame, un hommage est prévu rue de Trévise. En mémoire des victimes, un temps de recueillement sera observé.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.