TEMOIGNAGE. La trêve hivernale touche à sa fin, la menace de l'expulsion revient

durée de la vidéo : 00h02mn14s
VIDEO. La trêve hivernale touche à sa fin ©France 3 PIDF

Dès demain il sera possible d'expulser les locataires poursuivis pour loyer impayé. Cette année, les associations s'inquiètent de l'augmentation des chiffres au vu du contexte de l'inflation qui fragilise les foyers les plus modestes.

La rédaction a rencontré un jeune retraité et pour lui, la fin de la trêve hivernale est une source d'angoisse. Choc émotionnel, dépression, perte de travail, ce Parisien n'arrive plus à payer son loyer depuis des années. Le propriétaire, un ami, est décédé. Ses héritiers ont lancé une procédure d'expulsion. "À partir du 1er avril, on va venir frapper chez vous et on va vous dire, dehors". 

Le résident a été reconnu bénéficiaire loi DALO (droit au logement opposable) c'est-à-dire qu'au vu de sa situation, l'état doit lui proposer un logement mais dans l'urgence, il s'agit souvent de quelques nuitées à l'hôtel. Les personnes expulsées se retrouvent donc à nouveau sans solution. Selon David Le Mouël, militant de l'association Droit au logement à Paris, "dans beaucoup de départements, les préfets qui vont expulser les personnes, ce sont les mêmes qui devraient les reloger donc c'est contradictoire et c'est contradictoire avec l'esprit même de la loi qui doit protéger les personnes qui sont en difficulté avec le logement" . 

De plus en plus de ménages touchés 

La fondation Abbé Pierre redoute une hausse de l'expulsion à cause de l'inflation et de la crise sanitaire qui a fragilisé de nouvelles familles : "des ménages artisans, commerçants, auto-entrepreneurs, des personnes qui ne sollicitaient pas la fondation et qui se sont retrouvées avec une baisse importante de leurs ressources financières sur la période en plus hivernale avec la hausse des tarifs. On a des personnes qui ont continué tant bien que mal à essayer de payer et d'honorer leurs factures et puis à un moment ça passe plus." explique Eric Constantin, directeur de la fondation Abbé Pierre Île-de-France. 

L'état ne communique plus le nombre d'expulsions par département mais avant 2020, 6 000 à 7 000 ménages étaient expulsés de leur logement en Île-de-France chaque année. 

Retrouvez tous nos reportages sur idf.france3.fr