• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Usain Bolt lance des trottinettes électriques siglées de son nom à Paris

Usain Bolt à New York City pour représenter le service de trottinettes électriques en free footing Bolt Mobility en mars 2019 (illustration). / © DREW ANGERER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Usain Bolt à New York City pour représenter le service de trottinettes électriques en free footing Bolt Mobility en mars 2019 (illustration). / © DREW ANGERER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

L’ex-athlète, ambassadeur de la startup américaine Bolt Mobility, lance cette semaine le déploiement de plusieurs centaines de trottinettes électriques, dans la capitale et en région parisienne. Et ce, alors même qu’un concurrent porte déjà le même nom.

Par PDB/AFP

On avait l’habitude de le voir sprinter à la vitesse de la lumière sur ses deux pieds, le voici désormais sur des deux-roues. La superstar jamaïcaine de l’athlétisme Usain Bolt a fait le déplacement mercredi à Paris pour lancer des trottinettes siglées de son propre nom.

450 véhicules, couverts de jaune, doivent être déployés dès lundi prochain à Paris et en région parisienne. Un événement soutenu par une opération promo au Trocadéro.

Usain Bolt reconverti en ambassadeur

L’ex-athlète à la retraite, reconverti en ambassadeur, justifie son nouveau business en mettant en avant des arguments écologiques : « J'ai voyagé à travers le monde pendant des années, j'ai vu tellement d'embouteillages, j'ai vu le besoin pour ce genre de trottinettes… Avec moins de voitures et plus de trottinettes, ce serait plus sûr et plus facile de circuler. »
L’ancien sportif a par ailleurs signé la « charte de bonne conduite » créée par la Ville et les opérateurs concurrents, pour tenter d’autoréguler un marché décrié pour ses problèmes de stationnement gênant et de circulation.

Bolt, une marque déjà portée par un concurrent à Paris

A noter que la marque Bolt Mobility est liée à une startup américaine lancée en 2018 dans plusieurs villes aux Etats-Unis, et qui a lancé l’invitation à l’ex-sprinteur. Rien à voir, donc, avec l’autre Bolt (ex-Taxify, une entreprise estonienne) déjà implanté sur le marché parisien des trottinettes en free floating.

Les deux concurrents, qui portent le même nom, devraient d’ailleurs régler l’affaire en justice.

Sur le même sujet

Seine-et-Marne – Les premières vendanges montrent des raisins marqués par les aléas climatiques

Les + Lus