Variole du singe : Dès mercredi, deux pharmacies franciliennes pourront vacciner contre la variole du singe

Publié le Mis à jour le
Écrit par Elie Saïkali avec AFP

Alors que le centre parisien de vaccination du 13e arr. rouvre ses portes aujourd'hui après avoir fermé pour une rupture de la chaîne de froid, le gouvernement annonce expérimenter la vaccination dans 5 pharmacies en France, dont 2 en Île-de-France.

Cinq officines, situées en Île-de-France, PACA et dans les Hauts-de-France, vont pouvoir vacciner des personnes contre la variole du singe, à partir de mercredi 10 août. Une expérimentation qui va durer deux semaines selon le ministère de la Santé.

Deux officines à Paris ont été sélectionnées par les autorités régionales de santé. Elles seront situées rue du Temple (IVème arrondissement), et rue Oberkampf (XIème arrondissement). Cette expérimentation testera les "modèles d'organisation entre les officines et les hôpitaux qui reçoivent les doses", afin de décider s'il est pertinent d'étendre la campagne de vaccination à d'autres pharmacies.

"Pas de pertes de doses"

Le vaccin anti-variole utilisé pour la vaccination contre la variole du singe doit être impérativement maintenu à très basse température (-80°C) et "ne peut se conserver que quinze jours" une fois décongelé, explique le ministère.

Les vaccins, bien que mono-dose, sont conditionnés dans des boîtes de vingt doses. "Il s'agira donc d'évaluer s'il n'y a pas de pertes de doses", précise le ministère. Il rappelle que contrairement à la campagne de vaccination contre le Covid-19, les pharmacies ne pourront cette fois viser qu'un public limité.

Le public cible comprend notamment les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes rapportant des partenaires sexuels multiples, les personnes trans ayant des partenaires sexuels multiples, les travailleurs du sexe et les professionnels exerçant dans les lieux de consommation sexuelle.

Face aux critiques d'associations et d'élus de gauche sur la lenteur de la campagne de vaccination, le ministre de la Santé François Braun avait déclaré, la semaine dernière, travailler à une expérimentation avec les pharmaciens. Pour ce faire, un arrêté sera publié au Journal officiel dans les prochains jours, indique le ministère. A ce jour, 153 centres de vaccination ont été ouverts sur le territoire et 20 322 personnes ont été vaccinées au 4 août.

Appel aux personnes vaccinées du 2 au 4 août

Dans le même temps, la mairie de Paris a indiqué qu'une rupture de la chaîne du froid début août au sein du gros centre de vaccination parisien contre la variole du singe, nécessite de réitérer les injections effectuées ces jours-là, soit près de 500 personnes. La mairie a toutefois exclu tout risque sanitaire.

"Cela n'entraîne aucun risque sanitaire pour les personnes concernées, mais une nouvelle première injection s'avère nécessaire pour être efficacement protégé contre le virus", écrit la mairie de Paris – qui a ouvert le centre "de grande capacité" de vaccination Edison (XIIIème arrondissement) – dans un message diffusé sur son site.

Le centre "a dû être fermé temporairement" et rouvre ses portes ce mardi, ajoute la mairie, qui a contacté toutes les personnes concernées, à savoir celles qui ont été vaccinées du 2 au 4 août. Soit 468 personnes, a précisé à l'AFP Anne Souyris, adjointe à la Maire de Paris en charge de la santé publique.

"Pas de toxicité"

"Il y avait un frigidaire défectueux" et la température optimale pour la conservation des vaccins n'était pas respectée, explique-t-elle. La défaillance a été découverte jeudi matin et a entraîné la fermeture immédiate du centre. "On a vérifié qu'il n'y avait pas de toxicité. L'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament: ndlr) est venue et nous a certifié qu'il n'y avait aucun risque", ajoute Anne Souyris. Mais "les agences sanitaires ont recommandé, par sécurité, de revacciner les personnes ayant reçu une dose" les 2,3 et 4 août.

Ces personnes se voient proposer un nouveau rendez-vous et "elles sont prioritaires sur tous les créneaux ouverts", au centre Edison ou au sein des centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD), indique-t-elle encore.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité