Vélo taxis à Paris, nouveau business prometteur ou foire d'empoigne

© IP3Press/MaxPPP
© IP3Press/MaxPPP

Les vélos taxis, tricycles motorisés destinés à promener les touristes, pullulent à Paris depuis quelques années, comme dans d'autres grandes capitales. Mais derrière le calme apparent, dans ce petit milieu, la guerre fait rage. La faute sans doute à une règlementation aux contours imprécis

Par Christian Meyze

En apparence, tout semble aller pour le mieux. Il y a de plus en plus de ces "vélos taxis", ces tricycles à moteur, de toutes les couleurs, parfois de toutes les formes, qui proposent leurs services aux touristes pour leur faire découvrir les lieux les plus attractifs de la capitale, comme ailleurs des calèches à cheval.
C'est comme si une nouvelle activité, donc une nouvelle richesse était née

Mais derrière cette apparence, il y a une réalité plus complexe. Car de nombreuses questions sont apparues avec cette activité. Et la législation du secteur reste assez floue, assez imprécise. En tout cas, elle n'apparaît pas comme une évidence aux yeux des nombreux intervenants. Les chauffeurs de ces vélos taxis sont en général des "auto entrepreneurs". Autrement dit des "individuels", et chacun à tendance à faire un peu sa propre loi. D'où une sorte d'état de guerre qui est apparu très vite sur le terrain.
Reportage Amélie Lepage et Vivien Charayre
Vélo taxis à Paris, nouveau business prometteur ou foire d'empoigne

 

Sur le même sujet

Les + Lus