VIDÉO. Roland Garros : le projet désapprouvé par le Conseil de Paris. Et alors ?

Alors que le tournois de Roland Garros bat son plein, c'est toujours l'incertitude autour du projet d'extension, porté par la fédération française de tennis et soutenu par la Maire de Paris. Mais jeudi, Anne Hidalgo n'a pas obtenu la majorité au conseil de Paris.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Le Conseil de Paris a adopté à une courte majorité jeudi deux voeux des écologistes demandant au gouvernement, contre l'avis de la mairie, de temporiser sur le projet d'extension Roland-Garros, ce qui ne l'empêchera pas de donner son feu vert au projet s'il le souhaite, comme l'a souligné Anne Hidalgo.

>> Le point en vidéo avec Bertrand Lambert et Olivier Badin : 

Les deux voeux ont été approuvés par 82 conseillers de Paris, 76 votant contre. Il y a eu une abstention. Les Verts, l'UMP et le centre ont uni leurs voix contre celles du PS et du PCF. "Les deux voeux sont adoptés. Nous nous retrouverons pour l'inauguration de Roland-Garros", a commenté la maire de Paris.

Le vote du Conseil de Paris, qui vient après "20 délibérations" favorables au projet défendu par la Fédération française de tennis (FFT), n'est en effet pas de nature à bloquer le projet, même si c'est un revers politique pour la maire de Paris. Anne Hidalgo avait souligné au cours des débats qu'aucune "décision" n'était attendue du Conseil de Paris, celle-ci "incomb(ant) au gouvernement". 

Le Premier ministre est extrêmement favorable, comme le président de la République, à ce dossier (...) Ce projet verra le jour, ce projet sera salué, nous serons tous là pour son inauguration

Anne Hidalgo, maire (PS) de Paris.

Les opposants au projet espèrent toutefois que la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal se saisisse du vote du Conseil de Paris pour poursuivre la concertation et donner une chance à leur projet alternatif qui prévoit de couvrir une partie de l'autoroute A13, afin de préserver l'intégrité du jardin des Serres d'Auteuil.