Voyage à Tahiti et en Nouvelle-Calédonie d’Anne Hidalgo : la mairie de Paris perquisitionnée dans le cadre d'une enquête

Les locaux de la mairie de Paris sont actuellement inspectés par la police, ce mardi 5 mars. La perquisition fait suite aux voyages de la maire de la capitale, Anne Hidalgo, en octobre 2023. Une enquête est en cours, notamment pour "détournement de fonds publics".

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Des enquêteurs perquisitionnent en ce moment l'hôtel de ville de Paris et ses annexes. Ces investigations visent à connaître les conditions dans lesquelles Anne Hidalgo a voyagé à Tahiti et en Nouvelle-Calédonie, en octobre 2023.

Une enquête est en cours, sous la direction du parquet national financier, d'après une source judiciaire, qui confirme une information du journal Le Monde. Les magistrats spécialisés vérifient s'il y a eu une éventuelle prise illégale d'intérêts et un éventuel détournement de fonds publics. Deux délits passibles de peines maximales comprises entre 5 et 10 ans de prison.

Parmi les plaignants, l'association AC !! Anti-corruption. Elle avait déposé plainte, après le "déplacement à Tahiti de Mme Anne Hidalgo et d'une délégation de la ville de Paris". La municipalité a réagi à cette perquisition dans le cadre d'une "enquête préliminaire".

Pas d'inquiétude selon la municipalité

Dans un communiqué signé de la ville de Paris, la maire Anne Hidalgo dit être "sereine et confiante quant à l'issue de ces investigations". Elle met en avant le fait que le 10 novembre dernier, "la commission de déontologie de la ville de Paris saisie par la Maire de Paris avait établi que le déplacement de la Maire est 'régulier sur le plan déontologique'". L'élue socialiste ajoute en outre se tenir "à la disposition de la justice", pour les besoins de l'enquête. 

Les voyages concernés ont eu lieu à Tahiti et en Nouvelle-Calédonie, territoires français d'outre-mer. Il s'agit d'un "déplacement à titre professionnel en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie financé par la collectivité parisienne du 16 au 21 octobre 2023 matin ainsi qu'un voyage à titre privé du 21 octobre après-midi au 5 novembre 2023 pris en charge sur ses deniers personnels, ces déplacements sont réguliers sur le plan déontologique", selon l'avis rendu par cette commission de déontologie.