Westminster, Walhalla, Jefferson Memorial... Les autres Panthéons du monde

© Wikimédia / CC BY-SA 3.0
© Wikimédia / CC BY-SA 3.0

Lieu de mémoire et de célébration des grandes figures nationales, le Panthéon français n'est pas une exception. Dans le monde, d'autres lieux, nécropoles ou monuments, mettent à l'honneur ceux qui ont marqué l'histoire.

Par France 3 Paris IDF/ET

"Aux grands hommes la patrie reconnaissante." Sur le fronton du Panthéon s'affiche clairement l'ambition du lieu : célébrer les figures qui ont marqué leur temps, contribuant aussi à forger le sentiment de fierté nationale.
Depuis le transfert des cendres de Marie Curie, en 1995, le terme "grands hommes" s'entend au sens large, le fronton n'ayant pas été modifié... Et trois autres femmes ayant depuis fait leur entrée au Panthéon, sur décision de la République.

Honorer ces personnalités hors normes n'est pas une exception française. Westminster, Walhalla, Jefferson Memorial... Ailleurs, dans le monde, d'autres lieux font office de panthéons, lieux ultimes du sacré national.

# L'abbaye de Westminster

Si ce sont essentiellement des monarques qui ont trouvé leur place post-mortem dans ce célèbre édifice, Westminster est aussi une nécropole des gens célèbres. Lorsque les rois et reines sont couronnés, au Royaume-Uni, c'est à deux pas des sépultures de Shakespeare, Kipling, Isaac Newton... Et même Pascale Paoli, héros de la République corse !
L'abbaye de Westminster, à Londres, le 29 avril 2011. / © ALPHAPRESS/MAXPPP
L'abbaye de Westminster, à Londres, le 29 avril 2011. / © ALPHAPRESS/MAXPPP

# Le Panthéon national vénézuélien

L'église de la Sainte-Trinité, à Caracas, est aujourd'hui un sanctuaire national, dédié aux héros du Venezuela. La nef centrale du bâtiment rend hommage au héros de l'émancipation sud-américaine, Simón Bolívar. D'autres personnalités vénézuéliennes y reposent également, écrivains, militaires, hommes politiques, scientifiques...
Le Panthéon national vénézuélien, à Caracas, en décembre 2014. / © LANDOV/MAXPPP
Le Panthéon national vénézuélien, à Caracas, en décembre 2014. / © LANDOV/MAXPPP

# Le Panthéon national portugais

Là encore, c'est un ancien édifice religieux. L'église de Santa Engrácia, construite au 16ème siècle, a été transformée en Panteão nacional en 1916. 12 personnalités y sont enterrées, parmi lesquelles des écrivains, des hommes politiques, et deux femmes, poète et chanteuse. Ce panthéon est aussi un lieu de mémoire, car il comporte des cénotaphes, symboles de l'hommage national rendu à des figures-phares du pays, comme le navigateur portugais Vasco de Gama.
Le Panthéon national, à Lisbonne, au Portugal. / © ZUMA PRESS/MAXPPP
Le Panthéon national, à Lisbonne, au Portugal. / © ZUMA PRESS/MAXPPP

# Le Jefferson Memorial

Il y a comme un air de famille, vous ne trouvez pas ? Le Jefferson Memorial est largement inspiré de l'architecture du Panthéon de Rome. Plus de 18 siècles séparent les constructions de ces deux bâtiments. Le Jefferson Memorial, voué à honorer la seule personne de Thomas Jefferson, troisième président des Etats-Unis, a été construit en plein 20ème siècle, sous la présidence de Franklin D. Roosevelt. Construit en marbre et en bronze, il fut inauguré en 1943.
Le Jefferson Memorial, à Washington, D.C. / © Ron Sachs/dpa/picture-alliance/MaxPPP
Le Jefferson Memorial, à Washington, D.C. / © Ron Sachs/dpa/picture-alliance/MaxPPP

# La nécropole du mur du Kremlin

Cette nécropole remonte à la période soviétique. Au pied de ce mur cernant le Kremlin étaient inhumées les personnalités importantes du régime : Staline, Andropov, Tchernenko... Cette nécropole est située de part et d'autre du mausolée de Lénine.
La nécropole du mur du Kremlin, à Moscou. / © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP
La nécropole du mur du Kremlin, à Moscou. / © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

# La Walhalla

La Walhalla, dans la mythologie nordique, est le paradis des héros. Un nom qui sent bon le 19ème siècle romantique pour ce temple néo-dorique construit au bord du Danube, en Bavière.

Dans ce vaste bâtiment, voulu par le roi Louis Ier de Bavière (le grand-père de Louis II), sont présentés les bustes de personnalités de premier plan, allemandes... ou de langues germaniques. Pas de dépouille, donc, dans ce temple semblable au Parthénon athénien, mais une certaine vision du pangermanisme, sans nul doute.
Le Walhalla, à Donaustauf, en Allemagne. / © Daniel Karmann/dpa/picture-alliance/MaxPPP
Le Walhalla, à Donaustauf, en Allemagne. / © Daniel Karmann/dpa/picture-alliance/MaxPPP

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Journée de chasse en Seine-et-Marne

Près de chez vous

Les + Lus