Pass sanitaire dans les centres commerciaux : ce qui vous attend dès ce lundi

Quarante centres commerciaux parisiens, de petite et de grande couronne exigeront le pass sanitaire à leur entrée dès ce lundi 16 août 2021.

Il devient – progressivement – le compagnon de tous les instants dès que vous franchissez le seuil de votre porte pour vous rendre à l'extérieur : le pass sanitaire. Il est actuellement obligatoire dans les lieux culturels et de loisirs, mais aussi dans les bars, les restaurants, les transports longues distances et dans les établissements médico-sociaux pour les cas non-urgents. Pour rappel, il consiste en la présentation numérique (via l'application TousAntiCovid) ou papier, d'une preuve sanitaire, parmi les trois suivantes : une vaccination complète (deux doses de vaccin), un test RT-PCR ou antigénique négatif de moins de 72 heures ou une preuve de rétablissement du Covid-19.

Mais dès ce lundi 16 août 2021, le pass sanitaire devient obligatoire dans certains centres commerciaux de plus de 20 000 m² situés dans la petite couronne francilienne – à Paris, dans les Hauts-de-Seine, en Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne – et dans le Val-d’Oise. Les préfectures de ces départements ont pris ce samedi des arrêtés allant dans ce sens, conformément à une décision du gouvernement d'étendre le pass sanitaire aux centres commerciaux de plus de 20 000 m² dans les départements où le taux d'incidence dépasse les 200 cas positifs pour 100 000 habitants. 

Les lieux concernés à Paris, en petite couronne et les autres départements franciliens

Les centres commerciaux concernés sont présentés ci-dessous :

À Paris:

La préfecture de police a par ailleurs précisé dans son arrêté que le port du masque sera obligatoire.

Dans le Val-de-Marne:

En Seine-Saint-Denis:

Dans les Hauts-de-Seine:

Dans le Val-d'Oise:

Des règles déjà en vigueur dans les centres commerciaux

Rappelons également que les centres commerciaux de plus de 20 000 m² sont déjà soumis à un protocole sanitaire strict, avec notamment le port du masque obligatoire, le maintien des gestes barrières et des jauges d'une personne tout les 8m². Des distributions de gel hydroalcoolique ou de solutions désinfectantes pour les mains sont organisées, comme au centre de Beaugrenelle, dans le XVème arrondissement. Une machine distribuant du gel est posée à l'entrée.

Invité du 19/20 de France 3 Paris Île-de-France, le délégué général du Conseil national des centres commerciaux (CNCC) Gontran Thüring évoque une nouvelle "stigmatisation des centres commerciaux", ajoutant par ailleurs que le contrôle du pass sanitaire dans ces lieux n'est pas la même que dans un bar ou un restaurant. "Les plus grands centres commerciaux, notamment franciliens, accueillent plus de 50 000 personnes par jour. Cela risque de créer des files d'attente où la distanciation sociale ne sera pas forcément respectée voire des incivilités ou parfois des violences de la part de gens qui ne voudront pas présenter leur pass sanitaire", précise-t-il.

"30 000 euros mensuels par entrée"

Concernant le critère des 20 000 m², Gontran Thüring évoque "une incompréhension" au sein du gouvernement. Le délégué précise qu'il s'agit des mètres carrés dits "utiles" : de surface commerciale comprennant celles de vente – accessibles au public – et celles de réserve. "Si une galerie commerciale d'une dizaine de boutiques de services de 3000 m² est adossée à un hypermarché qui fait 18 000 m², et bien elle sera soumise au contrôle systématique à l'entrée du centre", dit-il. 

M. Thüring met par ailleurs en avant le "paradoxe" de demander de multiplier les vaccinodromes dans les centres commerciaux, alors que "précisément, les gens qui viendront se faire vacciner n'auront pas de pass sanitaire, donc ne pourront pas se faire vacciner". Quid du coût de la mesure pour les centre commerciaux ? Grâce à une simulation, dont les paramètres (comme l'amplitude horaire) peuvent changer, l'imposition du pass sanitaire devrait coûter près de "30 000 euros mensuels par entrée". "Pour les grands centres commerciaux, qui ont dix, voire quinze entrées, cela représente un coût important pour les gestionnaires et propriétaires".

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société covid-19 économie