Plusieurs pays européens serrent la vis pour les fêtes de fin d'année

Les pays voisins de la France ont récemment pris une série de mesures pour endiguer les rebonds de l'épidémie de Covid-19.

La police allemande patrouillant dans la ville de Dresde, dans l'est du pays. AFP
La police allemande patrouillant dans la ville de Dresde, dans l'est du pays. AFP

Quitter Paris pour aller à l’étranger pendant les fêtes de fin d’année ? C’est possible. En tout cas, ce n’est (pour l'instant) pas interdit. Il est cependant recommandé de bien se renseigner avant de préparer un éventuel voyage chez nos voisins européens. Les restrictions adoptées dans le cadre de la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19 peuvent parfois être encore plus strictes que celles appliquées dans l’hexagone.

Grande-Bretagne

A l’heure où l’agence européenne du médicament vient de donner son feu vert à la mise sur le marché du vaccin de Pfizer et BioNTech, la Grande-Bretagne – qui a commencé sa campagne de vaccination il y a quelques jours – doit faire face à une nouvelle souche du Covid-19 découverte à Londres et dans le sud-est de l’Angleterre. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a ainsi, samedi, décrété le reconfinement de la zone au moins jusqu'au 30 décembre. Ce nouveau confinement, le troisième en un an, a débuté hier. Les réunions familiales dans le cadre des fêtes de Noël y ont été interdites. Un coup de massue qui a d’ailleurs poussé plusieurs pays, dont la France, à suspendre temporairement leurs vols avec Londres.Les reconfinés auront pour consigne de rester chez eux et les commerces non essentiels ne pourront plus rouvrir après avoir baissé le rideau samedi. Les pubs, restaurants et musées y étaient déjà fermés depuis le week-end dernier. Tous les déplacements en dehors de cette zone, que ce soit pour aller ailleurs au Royaume-Uni ou à l’étranger, seront interdits. Un tour de vis est également mis en place dans les autres contrées du royaume. Le Pays de Galles va mettre en place un confinement, de même que l’Ecosse, qui a de son côté annoncé un confinement dès le lendemain de Noël. L’Irlande du Nord va, elle, se reconfiner juste après Noël. 

Belgique

Un confinement partiel est en place depuis fin octobre en Belgique. Les restrictions ont été assouplies le 1er décembre, avec la réouverture des commerces non essentiels pour les achats de Noël. Bars, restaurants, cafés, cinémas, théâtres, salles de spectacles, salons de beauté restent cependant fermés. Concernant les bars et restaurants, leur réouverture n’est pas envisagée avant le 1er février au plus tôt. Un couvre-feu est toujours en vigueur de minuit à 5 heures du matin. Pour Noël, la Belgique est un des pays qui limite le plus le nombre de convives : un invité par foyer, deux pour les personnes vivant seules. Les non-résidents qui souhaitent entrer en Belgique devront présenter un test négatif de moins de 48 heures. Plusieurs exceptions sont prévues, notamment pour les travailleurs transfrontaliers.

Allemagne

Face à la hausse des cas et des décès outre-Rhin, la chancelière allemande Angela Merkel a décidé, mercredi, d'imposer un confinement partiel jusqu'au 10 janvier. Celui-ci comprend la fermeture de tous les commerces non essentiels et des écoles. Restaurants, bars, lieux culturels et enceintes sportives restent fermés. Les déplacements entre régions ne sont pas interdits. Les contacts sociaux devront rester très restreints du 24 au 26 décembre où les rencontres ne seront possibles qu’entre membres de la très proche famille. Les réunions privées sont dorénavant limitées à 5 personnes maximum, contre 10 il y a encore quelques jours. Les festivités du Nouvel An seront aussi réduites à leur plus simple expression. La vente de feux d’artifice et les rassemblements seront interdits. Les stands de vin chaud tirent aussi le rideau : la vente d’alcool sur la voie publique est interdite.

Italie

En Italie, l’un des pays européens les plus affectés par la crise sanitaire, le Premier ministre Guiseppe Conte a décrété un placement de son pays en "zone rouge" dès aujourd’hui et ce jusqu’au 6 janvier. Il sera interdit de voyager entre les régions de la péninsule, y compris pour se rendre dans une résidence secondaire, sauf pour motif de santé ou professionnel. Les bars et restaurants seront fermés. Les commerces alimentaires, les salons de coiffure, les pharmacies, les bureaux de tabac et les blanchisseries, de même que les librairies, resteront en revanche ouverts. L’actuel couvre-feu, de 22 heures à 5 heures, reste en vigueur. Il sera prolongé jusqu'à 7 heures la nuit du Nouvel An. La messe du réveillon de Noël du pape François commencera à 19h30, pour permettre à un nombre limité de fidèles d'y assister et de respecter le couvre-feu.

Suisse

La république helvétique n'est pas exclue des pays faisant face à une hausse des contaminations. Dès demain, les restaurants, les établissements culturels et sportifs ainsi que les lieux de loisirs devront fermer leurs portes. Les magasins pourront en revanche rester ouverts, mais en limitant les capacités. Ces restrictions sont instaurées au moins jusqu'au 22 janvier. Il y a cependant des exceptions. Les cantines et les restaurants d'hôtels seront ouverts. En ce qui concerne le sport, les matchs d'équipes professionnelles seront maintenus en l'absence de spectateurs (huis clos). Les lieux culturels seront aussi fermés mais les activités culturelles organisées en petits groupes restent possibles. Nombreux sont ceux qui rêvent de skier sur les pentes des montagnes suisses. Ça tombe bien, les stations de ski restent ouvertes. Elles devront toutefois instaurer les mêmes mesures restrictives concernant les restaurants et les magasins. Le ministre de la Santé, Alain Berset, a mis ses concitoyens en garde et leur a demandé "de réfléchir" avant de partir à la neige.

Espagne

Après des semaines d'amélioration de la situation sanitaire, les contagions sont reparties à la hausse et les régions commencent à revoir leurs plans pour les fêtes de fin d'année. Le "dernier mot" revient aux régions autonomes du pays qui devront adapter leurs mesures en fonction de leur situation sanitaire. Si la frontière vers l’Espagne est bien ouverte, la Catalogne et l’Aragon – les régions voisines de l’Occitanie – appliquent des restrictions de circulation à l’entrée et à la sortie de leur territoire. C’est un confinement « territorial ». Selon le journal Sud-Ouest, les mesures en vigueur à ce jour limitent notamment à dix le nombre total de personnes pouvant participer à des réunions familiales ou entre proches. Sauf visite familiale, il est demandé d’éviter les déplacements entre régions.

A noter que pour l'Espagne, comme pour la Suisse, les Français qui irait skier dans certaines régions de ces deux pays se verraient, à leur retour, imposer une quarantaine selon un décret publié au Journal officiel dimanche. Les régions concernées sont, en Suisse, les cantons des Grisons, du Jura, de Neuchâtel, d'Uri, du Valais et de Vaud, et en Espagne, les communautés autonomes d'Andalousie, d'Aragon, de Catalogne et de Navarre. Le décret ne précise toutefois pas la durée de la quarantaine imposée à ces voyageurs, qui est à la discrétion du préfet. La loi autorise jusqu'à 14 jours d'isolement sans l'intervention d'un juge, mais le Premier ministre français Jean Castex avait évoqué début décembre une durée de sept jours.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
europe politique covid-19 santé société