Port du masque obligatoire : faut-il passer au FFP2 ?

L'obligation du port du masque chirurgical à l’extérieur est de retour à Paris et dans une grande partie de l’Île-de-France. Mais faudrait-il opter pour un modèle FFP2 ? L’usage de ces masques filtrants, plus efficaces contre la propagation du Covid-19, est imposé dans plusieurs pays européens.

Alors que l’obligation du port du masque à l’extérieur est de retour contre la circulation du virus, faut-il passer au FFP2 ? Les avis recueillis ce vendredi matin devant une pharmacie de Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, sont mitigés.

"Il faudrait que je le supporte, parce qu'apparemment c’est un peu plus difficile à porter, c’est plus épais", estime une habitante. "Déjà qu’avec les masques chirurgicaux je respire mal… Je serais contre une obligation de porter des FFP2", juge une autre Francilienne.

Contre la propagation du virus, les FFP2 sont plus efficaces que les masques chirurgicaux. Le modèle, plus filtrant, protège davantage, avec une capacité filtrante de 94% des particules fines et toxiques de 0,6 micromètre.

D’après plusieurs études publiées dans la revue scientifique Nature, le FFP2, s’il est correctement ajusté, divise le risque de contaminations par 10. Le masque chirurgical, lui, divise ce risque par 3,5 seulement. A noter aussi que le FFP2 peut être porté pendant huit heures, contre quatre heures pour le masque chirurgical.

Des stocks de FFP2 insuffisants ?

Plusieurs pays européens, dont l’Italie depuis le 25 décembre et la Grèce depuis le 3 janvier, ont décidé d'imposer le masque FFP2 dans les lieux publics. Faut-il en faire de même en Île-de-France ? A ce stade, ce sont les masques chirurgicaux qui sont redevenus obligatoires sur la voie publique.

L’importance du FFP2, c’est de le porter dans les transports en commun, les lieux où il y a beaucoup de monde et où l’on reste longtemps

Anne Souyris, adjointe à la mairie de Paris en charge de la santé

Selon Anne Souyris, adjointe à la mairie de Paris en charge de la santé, la généralisation des FFP2 ne serait "pas forcément une bonne idée". "L’importance du FFP2, c’est de le porter dans les transports en commun, les lieux où il y a beaucoup de monde et où l’on reste longtemps", estime-t-elle.

Ne serait-ce que dans les transports, l’obligation des FFP2 serait-elle seulement faisable ? Outre des prix plus élevés à l’achat pour les particuliers, la France dispose de faibles stocks. "Travaillons pour avoir ces stocks, affirme Anne Souryis. Fabriquons des stocks. On a relocalisé un certain nombre de productions pour les masques chirurgicaux, faisons-le pour ceux-là aussi. Et puis il faudrait que l’Etat aide, comme on l’a fait pour le VIH et les préservatifs."

Au niveau national, les autorités françaises ne disposeraient actuellement que de 600 millions de masques FFP2. Des stocks qui pourraient vite se révéler insuffisants.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité