Cet article date de plus de 3 ans

Le Printemps signe un accord sur l'ouverture du dimanche avec les syndicats

Le Printemps va pouvoir ouvrir tous les dimanches. Un accord vient d'être trouvé avec trois syndicats. L'Unsa qui bloquait jusqu'ici les négociations a signé l'accord après avoir obtenu des garanties supplémentaires.

Le Printemps, un des grands gagasins parisiens les plus visités, a mis ses habits de lumière pour les fêtes de fin d'année.
Le Printemps, un des grands gagasins parisiens les plus visités, a mis ses habits de lumière pour les fêtes de fin d'année. © IP3 PRESS/MAXPPP
C’était la dernière des enseignes de grands magasins à n’avoir pas signé d’accord sur l’ouverture du dimanche. Un accord sur le travail dominical a finalement été conclu entre direction et syndicats du Printemps, l'Unsa ayant confirmé avoir signé le texte, permettant aux syndicats signataires de dépasser le seuil nécessaire de 50%. 

Avant Noël, l'Unsa-Printemps avait annoncé ne pas être signataire et avait appelé à un référendum d'entreprise afin de demander leur avis aux salariés. 
Le syndicat a finalement décidé de signer le texte le 30 décembre, soit la veille de la date limite fixée par la direction. La CGT, majoritaire avec 45,87%, reste opposée au travail dominical.

L'Unsa-Printemps, "après avoir obtenu des garanties de la direction sur les principaux points qui l"empêchaient de valider l'accord [...] a décidé de devenir signataire", a fait valoir le syndicat lundi dans un communiqué. L'accord sera mis en place d'ici à la fin du premier semestre 2017.

Le projet distingue travailleurs "habituels" contre travailleurs "occasionnels". Les travailleurs "habituels" du dimanche (à partir de douze dimanches annuels travaillés) et "occasionnels", avec pour tous une majoration proposée de 100% (payé double) ainsi qu'une aide à la garde d'enfants (60 euros jusqu'à 15 ans). Seuls les travailleurs "occasionnels" sont éligibles à un repos compensateur.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie