Attentat déjoué : "Une action d'une extrême violence" a été évitée, selon le procureur

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Paris IDF

Le jihadiste présumé Reda Kriket, au centre de l'enquête sur un projet d'attentat en France aux contours encore inconnus, a été mis en examen mercredi par un juge antiterroriste à Paris. Selon le procureur de Paris, "une action d'une extrême violence" a été évitée.

Le jihadiste présumé Reda Kriket, arrêté le 24 mars dernier à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, a été mis en examen mercredi par un juge antiterroriste à Paris. Une perquisition menée à son domicile d'Argentueil, dans le Val-d'Oise, avait permis aux enquêteurs de mettre la main sur des armes et des explosifs.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait alors déclaré que "l'interpellation (avait) permis de mettre en échec un projet d'attentat en France conduit à un stade avancé".

Mis en examen de Rida Kriket : point de presse du procureur Molins Agé de 34 ans, le Français, déjà condamné en Belgique dans une affaire de filière jihadiste vers la Syrie, a été mis en examen pour plusieurs chefs, notamment pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste criminelle. Il doit encore comparaître devant un magistrat spécialisé qui statuera sur une éventuelle détention provisoire.

LIRE aussi : Argenteuil : un homme arrêté pour un projet d'attentat à un stade "avancé"

"Une action d'une extrême violence" évitée

L'arsenal retrouvé dans l'appartement de Reda Kriket confirme l'hypothèse d'une "action terroriste imminente", même si "aucune cible précise n'a été identifiée", a déclaré mercredi soir le procureur de la République François Molins. "La découverte de cette cache a permis d'éviter la commission d'une action d'une extrême violence par un réseau terroriste prêt à passer à l'acte", a-t-il ajouté.