VIDEO. Valérie Pécresse : "Je veux une Île-de-France rassemblée"

Invitée du 19/20 de France 3 Paris Île-de-France, la présidente de la région, et candidate à sa propre réélection, a exposé son programme axé sur la sécurité, l’environnement et les questions sociales. 

Valérie Pécresse a officialisé sa candidature aux élections régionales d'Île-de-France
Valérie Pécresse a officialisé sa candidature aux élections régionales d'Île-de-France © JOEL SAGET / AFP

Elle a officialisé sa candidature à sa propre réélection mercredi dans un entretien accordé à nos confrères du Parisien. La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse était aujourd’hui l’invitée du 19/20 de France 3 Paris IDF pour défendre son bilan depuis son élection et évoquer en détail son programme en vue des élections régionales qui se dérouleront les 20 et 27 juin prochains. Elle avait fait basculer la région à droite en 2015 et se présente cette fois-ci sous l’étiquette Libres !

Elle devra affronter un panel de candidats d’horizons politiques divers. Laurent Saint-Martin représentera la République En Marche, Jordan Bardella sera candidat pour le Rassemblement National, Julien Bayou sera sous l’étiquette EELV. Clémentine Autain  représentera la France Insoumise et enfin, Audrey Pulvar sera candidate pour Divers Gauches.

C’est par ailleurs une campagne que l’on pourrait qualifier de décisive pour l’élue qui a annoncé "arrêter la politique" en cas de non-réélection. De la sécurité à l’environnement en passant par les transports et les questions sociales, voici les principaux points de son projet pour la région.

Sécurité 

Sur le plan de la sécurité, elle entend parachever dès décembre 2021 la "police régionale des transports". Ainsi, les forces de la RATP, de la SNCF et de la Police Nationale seront toutes réunies dans le même centre de commandement au sein de la Préfecture de Police.

La présidente de la région a également défendu ses initiatives prises au lendemain de son élection, notamment sur la participation de la région aux investissements dans le domaine de la sécurité. "Nous avons signé une convention qui est unique en France, qui permet de cofinancer des commissariats de police nationale, des casernes de gendarmeries, les pompiers, mais aussi tous les équipements des polices municipales", a détaillé sur France 3 Paris IDF Valérie Pécresse, ajoutant avoir également une convention signée avec Nicole Béloubet [ancienne Garde des Sceaux, ndlr] "qui permet (…) d’assurer la sécurité des administrateurs pénitentiaires".

durée de la vidéo: 04 min 27
Valérie Pécresse invitée du 19/20

Santé et social

Coté santé, la présidente candidate souhaite mettre en place une mutuelle dite "régionale". Le principe : "la région met en concurrence les mutuelles pour faire baisser les prix", a précisé Valérie Pécresse. Cela ne s’adresse pas aux fonctionnaires ni aux salariés, qui prennent la mutuelle de leur employeur. Elle s’adresse à ceux "qui ne peuvent pas négocier les prix de leur mutuelle : les étudiants, les retraités, les demandeurs d’emplois ou les travailleurs indépendants", précise l’élue qui estime une baisse des prix entre "20 et 30%" grâce à ce mécanisme.

Elle a également tenu à rappeler son initiative sociale d’avoir fait prendre à la région le "tournant de l’égalité des chances dans les domaines de l’éducation (…) et le social".

Éducation

En termes d’éducation, l’élue s’engage à ce qu’en 2027 "tous les lycées soient neufs ou rénovés". Elle blâme la gauche et les écologistes pour leur gestion des établissements scolaires, elle reproche notamment aux écologistes le vote d'un moratoire "zéro wifi" dans les établissements scolaires.

Écologie

Valérie Pécresse, plus écolo que les écolos ? "C’est une certitude" selon elle. En matière d'écologie, l'élue promet une prime de 6 000 euros pour tout achat d'un véhicule électrique. Celle-ci "pourra se cumuler avec les aides de l'État", annonce-t-elle. La présidente de la région se félicite du bilan écologique en Île-de-France sous sa présidence et affirme que sa gouvernance a permis à la région de "prendre le tournant de l'écologie". "Nous étions la dernière région de la classe française (…) en bio, en énergie renouvelable, en pollution de l’air, en espaces verts, dans les déchets" en 2016 a confié ce soir la candidate.

Sa gestion, a-t-elle rappelé sur notre plateau, a permis une "multiplication par trois des surfaces bios avec la plus forte dynamique de conversion de toute la France depuis trois ans (…) la révolution des transports avec la fin de l’achat des bus diesel".

Transports

Les transports sont l’autre grand point du programme de Mme Pécresse. Elle affirme sa volonté de fixer un prix bloqué à quatre euros pour se déplacer partout dans la région en transport en commun. Sur la question de la gratuité des transports en commun proposée par Audrey Pulvar, la candidate Libres ! déclare que c'est "une illusion anti-écologique". Elle entend par ailleurs proposer aux Franciliens le RER-Vélo, un plan global de grandes pistes cyclables pour relier les grandes villes de la région avec notamment une rocade à vélo en petite couronne sur des voies sécurisées.

Cet après-midi en Seine-et-Marne, la maire de Paris Anne Hidalgo a affirmé qu’elle aurait préféré que ce projet "se fasse en début de mandat et pas en fin de mandat"."Nous avons réalisé 680 kilomètres de pistes cyclables. Et toutes les pistes cyclables de Paris sont cofinancées par la région Île-de-France", a-t-elle rappelé, en guise de réponse à la locataire de l’Hôtel de Ville. 

Idéologie

Quant à ses convictions politiques et à sa ligne directrice sur le plan idéologique, la présidente d’Île-de-France déclare : "Je me bats pour que notre région ne tombe pas aux mains d’une alliance entre la gauche et l’extrême gauche avec des sympathies indigénistes, islamo-gauchistes et décroissantes" et de poursuivre en expliquant que ceci serait le symbole de "la faillite économique et républicaine pour notre région et pour la France". 

"Ce que je veux c’est une Île-de-France rassemblée. Les Franciliens me connaissent (…) Je vais leur demander de se rassembler autour de moi par-delà les partis. Tout ceux croient à la république peuvent venir sur ma liste", nous a confié Valérie Pécresse, qui a tenu à rappeler les fondements de sa philosophie politique : "authenticité, valeurs, convictions".

Un sondage Ipsos Sopra-Steria pour Franceinfo et le Parisien/Aujourd'hui en France donnait, le 10 avril dernier, Valérie Pécresse vainqueur du scrutin quel que soit le scénario au second tour. Le sondage révèle également que 56 % des sondés jugent le bilan de l'actuelle présidente de la région comme étant "bon".          

 


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élections régionales 2021 élections