• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

“Abruti de fonctionnaire” : 5000 € d'amende requis contre l'auteur

© PHOTOPQR/LE PARISIEN
© PHOTOPQR/LE PARISIEN

Celui qui porte le titre de fonctionnaire le plus sanctionné de France est poursuivi pour diffamation publique par la mairie de Pontault-Combault, son employeur. 

Par Pierre-Olivier Chaput

Jérôme Morin, auteur du livre "Abruti de fonctionnaire" est poursuivi pour diffamation publique par son employeur, la mairie de Pontault-Combault. Il comparaissait devant le tribunal correctionnel de Melun ce 24 février. La procureure a requis 5000 € d'amende à son encontre.

Un livre hautement polémique

L'ouvrage a été publié sous pseudonyme en novembre 2011, un peu moins d'un an avant que l'auteur se dévoile publiquement. Il y décrivait avec un ton acéré sa vision de l'administration, et en particulier celle de la commune qui l'employait. 
Celle-ci s'est cependant reconnue dans les pages du livre et a porté plainte, considérant le livre médisant et injurieux envers les élus et fonctionnaires.
Nous vous le racontions à l'époque, dans ce reportage de Bruno Lopez et Daniel Petitcuenot :
Mise en examen du fonctionnaire écrivain

Le fonctionnaire le plus sanctionné de France

Il s'est vu notifier une mise à pied de 18 mois dont 6 avec sursis en février 2013 pour violation de son devoir de réserve, une sanction record. Et en 2014, rebelote ! Alors qu'il réédita le livre sous le titre "On ne réveille pas un fonctionnaire qui dort", il écope d'une nouvelle mise à pied de six mois.
Il a cependant obtenu l'annulation de la première mise à pied en justice, mais n'avait pas contesté la seconde et avait repris son travail en décembre 2014.

Décision au tribunal correctionnel

Les procédures à son encontre ne sont toutefois toujours pas terminées. Il avait initialement obtenu un non-lieu dans le procès qui l'opposait à la mairie de Pontault-Combault, comme le racontaient à l'époque Frédérique Hovasse et Daniel Petitcuenot :
Non-lieu procès fonctionnaire
Mais le 24 février 2016, Jerôme Morin est de retour au tribunal correctionnel de Melun, où il est mis en cause pour diffamation publique par la mairie de Pontault-Combault. La procureure considère que l'ouvrage n'apporte rien à l'administration ou aux citoyens et réclame une peine de 5.000€ d'amende à son encontre.
Le jugement est mis en délibéré au 6 avril.

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus