• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Cinq raffineries sur huit sont à l'arrêt ou en cours d'arrêt selon la CGT

© Bertrand Langlois/AFP Photos
© Bertrand Langlois/AFP Photos

En Île-de-France, la raffinerie de Grandpuits-Bailly-Carrois, en Seine-et-Marne, est "en grève reconduite de 72 heures, empêchant toute sortie de produits pétroliers", mais pas à l'arrêt, précise le secrétaire fédéral de la branche pétrole de la CGT.

Par Christian Meyze

Une certaine confusion règne ce lundi 23 mai sur la situation de la distribution des carburants un peu partout en France. L'Ile-de-France n'échappe pas à cette pagaille relative, ni à la panique larvée qui semble s'être instaurée depuis quelques jours.


Confusion entrenue

La CGT, a l'origine du mouvement, fait aussi en sorte d'amplifier ce sentiment de confusion autour d'une éventuelle pénurie de carburants dans les heures ou les jours à venir. Ce lundi 23 mai, Emmanuel Lépine, secrétaire fédéral de la branche pétrole de la CGT indique ainsi que "Cinq des huit raffineries françaises sont en grève, arrêtées ou en cours d'arrêt, quatre de Total et Petroineos à Lavera près de Martigues" (Bouches-du-Rhône)". Il ajoute que "Seules deux raffineries Esso continuent de marcher : celle de Fos-sur-Mer (Bouches-du Rhône) et celle de Notre-Dame-de-Gravenchon (Seine-Maritime)".

Et concernant l'Île-de-France, Emmanuel Lépine donne de curieuses précisions : "La raffinerie de Grandpuits-Bailly-Carrois (Seine-et-Marne), en grève reconduite de 72 heures, empêchant toute sortie de produits pétroliers, n'est pas à l'arrêt". Que faut-il comprendre dans ces précisions ? Quelle est la différence alors ? La raffinerie est en grève, les carburants (qui approvisionnent la région parisienne) ne sortent plus, mais la raffinerie n'est pas à l'arrêt. Dans les faits, on ne voit pas ce que cela change. Bel exemple de cette confusion soigneusement entretenue.

VOIR aussi : CARTE. Pénurie de carburants : votre station-essence est-elle à sec ?

 

Le web appelé à la rescousse

Face à cette pagaille, certains tentent de s'organiser, notamment en s'appuyant sur les technologies en ligne pour essayer d'avoir une vue en temps réel, avec plus ou moins de réussite, plus ou moins de bonheur. Ainsi, dans l'Ouest, la région la plus pénalisée, le journal Ouest-France propose une carte interactive, pour laquelle chacun est invitée à fournir les informations d'approvisionnement ou de rupture dont il dispose.

Et un comparateur de prix des carburants Essence comparateur carburants, une application, propose aux automobilistes de mettre en commun leurs informations pour partager les adresses des stations approvisionnées ou pas en temps réel et en géolocalisation. Mais à l'usage, pour l'instant cela ne s'avère pas extrêmement performant.

VOIR la carte du site Mon-essence.fr
Ce contenu n'est plus disponible


Les applis pour voir venir la pénurie

Plusieurs sites et applications se proposent de vous aider à trouver la bonne information lorsque le moment de faire le plein se présente :

► le quotidien Ouest-France propose ainsi une carte interactive, alimentée en continu par les automobilistes de l'Ouest de la France ;

► l'application Essence comparateur carburants, disponible sur GooglePlay, propose également aux utilisateurs de mettre en commun leurs informations : stations approvisionnées avec géolocalisation. Une carte en est issue, en ligne ici.

Sur le même sujet

Des urinoirs féminins à Paris plages

Les + Lus