Un employé de la mairie de Meaux visé par une enquête pour avoir appelé à “couper la tête” d'une femme musulmane

L'homme visé par une enquête avait réagi à une publication affichant cette femme présente dans un rassemblement contre l'islamophobie. / © IP3 PRESS/MAXPPP
L'homme visé par une enquête avait réagi à une publication affichant cette femme présente dans un rassemblement contre l'islamophobie. / © IP3 PRESS/MAXPPP

Un homme se présentant comme agent administratif à la mairie de Meaux a commenté un post sur Facebook appelant à "couper la tête" d'une femme musulmane. Il réagissait à une publication d'un élu LR de Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine).

Par MT

Le commentaire n'a pas laissé indifférent. Un employé de la mairie de Meaux est visé par une enquête du commissariat de la même ville pour incitation à la haine raciale.
L'homme a réagi à un post Facebook qui affichait une photo d'une femme voilée. Il y appelle à "couper la tête de cette poufff".
À l'origine, une publication de Sébastien Kopec, un élu LR de Clichy-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine. Il reprend une photo d'une femme participant à un rassemblement contre l'islamophobie le 19 octobre à Paris et la qualifie "d'islamiste".

Sur cette photo, on peut voir cette femme voilée tenir une pancarte où est écrit : "Française musulmane et voilée, si je vous dérange je vous invite à quitté mon pays".
 

Éventuelles sanctions administratives

Contactée, la mairie a confirmée l'appartenance de l'homme à ses services mais s'est refusée à donner plus de détails sur la situation de l'employé.

Le maire de Meaux, Jean-François Copé, indique par communiqué "qu’une religion ne peut jamais être source de discrimination et de persécutions" et "d’étudier la possibilité que des sanctions administratives soient prises à l’égard de cet agent".

Sur le même sujet

Deux paysagistes proposent une tombe-jardin plus écologique et moins chère

Les + Lus