En Seine-et-Marne, 86% des médecins généralistes refusent de nouveaux patients

En Seine-et-Marne, il est particulièrement difficile pour les nouveaux patients de trouver un médecin généraliste. / © PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP
En Seine-et-Marne, il est particulièrement difficile pour les nouveaux patients de trouver un médecin généraliste. / © PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP

Une étude publiée par l'UFC-Que choisir révèle qu'en Seine-et-Marne, 86% des praticiens interrogés refusent d'être le médecin traitant de nouveaux patients.

Par Cécile Claveaux avec MT

Comme de nombreux cabinets médicaux en Seine-et-Marne, celui visité à Dammarie-les-Lys ne prend plus de nouveaux patients. Il y a quelques années, six médecins y travaillaient, mais trois sont partis à la retraite sans être remplacés.

"Je les dirige vers SOS Médecins, j'évite les urgences de l'hôpital pour ne pas les surcharger, mais je n'ai pas d'autres solutions à leur proposer", déplore Catherine Lentini, secrétaire médicale.

Les trois médecins encore activité ne ménagent pourtant pas leurs efforts. Des journées de 12 heures, cinq jours par semaines. Ils rencontrent quotidiennement entre 35 et 40 patients. Si elles veulent garder une qualité de soins, difficile d'en examiner plus. "Une consultation multipathologique dont la prise en charge nécessite énormément de temps, parfois jusqu'à 45 minutes", raconte le Dr Marylin Raybaud, médecin généraliste.
 

Moins de médecins plus on s'éloigne de Paris

La situation de ce cabinet est loin d'être isolée. Selon une enquête d'UFC Que Choisir, 44% des généralistes en France refusent des nouveaux patients en tant que médecins traitants. La plupart évoquent une patientèle déjà trop nombreuses.

"On a une baisse rapide du nombre de médecins, au même moment où la population augmentait et vieillissait. La densité de médecins est assez importante à Paris intra-muros ou dans la première couronne. Mais elle décroit très rapidement dès que l'on s'éloigne de la ville centre et devient beaucoup plus faible, par exemple en Seine-et-Marne", explique Mathieu Escaut, directeur adjoint en charge des études à UFC-Que Choisir.

En Seine-et-Marne, ce sont 86% des généralistes qui refusent de prendre des nouveaux patients en tant que médecins traitants, selon la même étude.
 

Pas de solutions à court terme

"La Seine-et-Marne est en grande difficulté de par son territoire qui est important, de par son nombre de médecins qui diminue puisque les retraités ne sont pas remplacés, de par l'absence de jeunes installés comme sur le plan national mais pour cela, nous avons des solutions", indique Claire Siret, présidente du Conseil départemental de l’ordre des médecins de Seine-et-Marne.

Des solutions comme par exemple, la création de maisons médicales pluridisciplinaires, l'accueil des premières années de médecine dans le département ou encore le recrutement d'une chargée de mission pour promouvoir la Seine-et-Marne auprès des jeunes soignants. Les résultats ne devraient se faire sentir que sur le long terme. En attendant, les généralistes qui refusent de nouveaux patients sont dans l'obligation de proposer des alternatives aux malades.
 

Sur le même sujet

Les + Lus