Seine-et-Marne : un chauffeur de bus agressé par deux adolescents

Image d'illustration. Un chauffeur de bus de l'entreprise Kéolis agressé par deux adolescents / © IP3Press/MaxPPP
Image d'illustration. Un chauffeur de bus de l'entreprise Kéolis agressé par deux adolescents / © IP3Press/MaxPPP

Un chauffeur de bus de la société Keolis a été violemment agressé lundi à Mitry-Mory, en Seine-et-Marne, par deux adolescents qui seront bientôt convoqués devant la justice, a-t-on appris jeudi de source policière.

Par France 3 Ile de France avec AFP

Lundi vers 15 heures 30, deux jeunes de 16 et 17 ans montent à bord d'un bus sans valider leur ticket, ce qui leur vaut une remarque du conducteur, âgé d'une trentaine d'années. Puis ils s'en prennent verbalement à lui car ce dernier a refusé dans un premier temps de laisser une dame âgée descendre avant son arrêt.

Les deux jeunes ont agressé physiquement le chauffeur


La tension monte, le chauffeur arrête le bus et, s'emparant du marteau brise-glace du véhicule, leur intime l'ordre de descendre. "L'un des jeunes le prend à la gorge et essaie de l'étrangler, le second remonte à bord avec une pierre, et le frappe au visage", a raconté la source policière, précisant que la scène avait été filmée par les caméras de surveillance du bus.

Les jeunes ont reconnu leurs actes


L'intervention de passagers a mis en fuite les deux adolescents qui ont été rapidement interpellés par la brigade anti-criminalité de Villeparisis. Lors de leur garde à vue, "ils ont reconnu leur implication mais ils ont expliqué que le chauffeur s'était montré très agressif". Tous deux, "très défavorablement connus des services de police pour des violences et des dégradations", ont été libérés mardi après une nuit au poste.

Sur le plan pénal, les mineurs font l'objet d'une convocation du délégué du procureur de la République, devant lequel ils devront s'expliquer en mars prochain.

Le chauffeur, qui a été conduit à l'hôpital, s'est vu prescrire 10 jours d'interruption totale de travail et a exercé son droit de retrait, a précisé la source policière.

Sur le même sujet

Les affiches de mai 68 aux Beaux-arts

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés