Série d'interpellations pour mauvais traitements dans une école talmudique en Seine-et-Marne

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marc Taubert avec AFP

Ils sont soupçonnés de maltraitances physiques et psychologiques envers la soixantaine d'élèves de l'établissement, principalement des mineurs américains et israéliens. L'école juive est située dans une commune isolée à Bussières en Seine-et-Marne.

Difficile de savoir ce qu'il se passait derrière les hauts murs de la Yeshiva Beth Yossef en Seine-et-Marne. De premiers éléments révèlent une situation dramatique pour de nombreux élèves. Seize responsables de l'école ont été interpellés et placés en garde à vue ce lundi matin par les gendarmes de la section de recherches de Paris.  

"Cet établissement accueillerait de manière non déclarée de nombreux mineurs de nationalité américaine et israélienne ne parlant pas le français, dans des conditions abusives: enfermement, confiscation des documents d'identité, conditions de vie dégradées, actes de maltraitances, absence d'accès à l'éducation et aux soins, et sans possibilité de revenir dans leurs familles", a détaillé la procureure Laureline Peyrefitte, dans un communiqué de presse.

Situé dans un domaine isolé du nord-est du département, l'établissement accueille 40 adolescents de plus de 12 ans, ainsi que 22 jeunes majeurs.

Le grand rabbin de France, Haïm Korsia, qui assure être en contact avec eux, a condamné jeudi les "conditions inadmissibles" dans lesquelles vivaient ces élèves : "On ne peut pas accepter la mise en danger de la vie des enfants, les chefs d'accusation sont terribles, on verra comment l'enquête avance, les conditions dans lesquelles ils vivaient sont inadmissibles. Point".

Établissement hors contrat

Implanté depuis une vingtaine d'années dans le département, l'établissement hors contrat n'est pas dans le circuit de l'Éducation nationale, a précisé la préfecture de Seine-et-Marne.  

Quelques alertes sur ce "milieu extrêmement fermé" étaient remontées via le recteur et la plainte d'un adolescent qui s'en était échappé a accéléré l'enquête, a indiqué la même source.  

En juillet, un élève américain avait fugué et trouvé refuge à l'ambassade américaine à Paris. De novembre à décembre, d'autres adolescents se sont échappés.  

La Mission Interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) avait aussi émis un signalement.  

Les élèves pris en charge

En lien avec l'aide sociale à l'enfance, les élèves "ont été pris en charge dans une structure scolaire avec un internat pour les loger, assurer le couvert et que les inspecteurs puissent les entendre", a indiqué la préfecture.  

Le bâtiment logeant les mineurs fait également l'objet d'un arrêté de fermeture au public du fait de son état de délabrement, d'après la procureure.  

Selon le site internet de l'école, l'institution Ohr Yossef, dont dépend la Yeshiva Beth Yossef, a été fondé en 1948 par le rabbin orthodoxe Gershon Liebman.  

"Aujourd'hui, la yeshiva est fière de son succès et regroupe plus d'une centaine d'étudiants, venant du monde entier (...) Les élèves y approfondissent assidûment leurs connaissances 'thoraïques' afin de devenir eux-mêmes des Maîtres de la Torah", est-il écrit sur le site.

Pas de téléphone portable, pas d'internet, étude du soir au matin, et peu de contacts avec la société : la yeshiva appartient à l'une des mouvances les plus rigoristes du hassidisme, dite "lituanienne", très présente en Israël et aux Etats-Unis, mais peu en France.