A Bagnolet, les enfants ne mangent "plus à leur faim" à la cantine selon des parents d’élèves

Publié le

Des familles critiquent la qualité des repas et les "très petites quantités" servies dans les cantines scolaires de Bagnolet (Seine-Saint-Denis). L’entreprise Sodexo est pointée du doigt, mais la mairie évoque "une période de rodage".

Le texte rassemble un peu plus de 280 signatures ce mardi. Dans une pétition en ligne publiée il y a une semaine, des parents d’élèves de l’école élémentaire Jean Jaurès expriment de fortes critiques envers la cantine de leur établissement. Selon les familles, "les enfants de Bagnolet ne mangent fréquemment plus à leur faim le midi", "depuis que la Mairie de Bagnolet a fait appel à Sodexo".

"Beaucoup d'enfants rapportent avoir encore faim en sortant de la cantine. Les parents constatent effectivement que leurs enfants sont affamés le soir", affirme la pétition, qui évoque des repas comportant de "très petites quantités".

"Il est absolument intolérable qu'en 2022 l'alimentation de nos enfants ne soit pas une priorité, et qu'ils aillent en classe tout l'après-midi en n'ayant pas assez mangé le midi. Il en va de leur santé et de leur bien-être, surtout lorsqu'une partie des élèves ne peut pas bénéficier de 3 repas équilibrés par jour. Cela nuit ainsi à la réussite scolaire", soulignent les parents.

Des enfants qui ont "vraiment faim en sortant de l’école" selon le collectif de parents d’élèves

Séverine André, dont le fils est scolarisé en CM2 à l’école Jean Jaurès, est membre du collectif de parents d’élèves à l'origine de la pétition. "Des parents se sont d’abord étonnés de voir leurs enfants se plaindre d’avoir vraiment faim en sortant de l’école, en raison de portions trop petites. Puis en discutant, on s’est aperçu que ce n’était pas limité à quelques cas. Des élèves de CM2 ont ensuite écrit une pétition, et les parents ont pris le relais", raconte-t-elle.

Selon Séverine André, de nombreuses écoles sont concernées au-delà de l'établissement : "On a fait plus de bruit que d’autres écoles alimentées par la cuisine centrale de Bagnolet, mais ce n’est pas limité à un établissement. Il y a eu des pétitions en format papier ailleurs, avec le même sentiment."

La pétition déplore par ailleurs une baisse de qualité avec des menus "moins variés et équilibrés", le non-respect d’un "engagement d'un repas par semaine 100 pour 100 bio", et la distribution de couverts jetables. La pétition demande ainsi la rupture du contrat avec Sodexo et "le recrutement d'un chef cuisinier avec des conditions de travail dignes".

"Certains propos rapportés dépassent la réalité" d'après la mairie

Contactée, la Ville de Bagnolet confirme que le maire Tony Di Martino (PS) a pu constater des "dysfonctionnements" lors de visites surprises, et que "des points d’alerte sont remontés". La mairie évoque "une période de rodage" et "des problèmes d’effectifs" dans le contexte de la crise sanitaire.

La Ville explique avoir "échangé avec le prestataire", le nouveau contrat datant du 1er décembre dernier. Un nouveau responsable de la cantine centrale vient par ailleurs d'être nommé. La municipalité souligne toutefois que "le maire a été extrêmement choqué de lire dans la presse des propos qui évoquent des plats immangeables, et des enfants qui ne mangent pas à leur faim". "Certains propos rapportés dépassent la réalité", déplore la Ville.

"On n’a pas essayé d’instrumentaliser les enfants", réagit Séverine André. Contactée, l’entreprise Sodexo n’a pas répondu à nos sollicitations à ce stade.