A Noisy-le-Grand, un camion itinérant pour lutter contre la fracture numérique

Publié le
Écrit par Marc Taubert

Une association propose à tous ceux qui peuvent en bénéficier des formations gratuites pour mieux comprendre et utiliser des ordinateurs et des smartphones.

Depuis plusieurs années, tous les mails de Thérèse Diallot étaient copiés sur une autre boîte puis allaient directement dans sa corbeille. Cette sage-femme à la retraite a été piratée sans s'en rendre compte. Elle l'a compris en allant se former dans le camion DigiTruck (financé par l'entreprise Huawei) qui fait actuellement étape à Noisy-le-Grand (jusqu’au 16 avril).

"C'est la formatrice qui m'a débloqué la situation. Je représente une association, j'avais besoin de l'outil informatique, surtout pour communiquer avec l'équipe qui est en Centrafrique. C'est nécessaire de connaître ces choses", raconte-t-elle.

Depuis une semaine, elle suit consciencieusement chaque jour un module : naviguer sur internet en toute sécurité, faire ses démarches en ligne ou apprendre à bien utiliser un traitement de texte.

"Ce n'est pas de mon âge, c'est pour les jeunes l'informatique. Il fallait que je me mette à jour sur certains points. J'ai 66 ans, j'ai un ordinateur, je connais des petits trucs basiques mais sans plus", poursuit-elle.

Chercher des gens qui ne sont pas connectés

Une base pour certains, mais un sujet complexe pour un grand nombre de personnes. "35% de la population se dit en difficulté avec le numérique. C'est un gros frein avec les démarches du quotidien. Il faut faire venir ces personnes en formation, mais comment les capter ? Par définition, ils ne vont pas sur internet", explique Léa Roué, chef de projet à l'association WeTechCare.

Le camion a sillonné quelques mois les Hauts-de-France en 2021. 1 500 personnes s'y sont pressées selon l'entreprise. L'association WeTechCare défend ce partenariat (qui représente aussi une belle action marketing pour l'entreprise et ses produits et qui a refusé de communiquer le coût de l'opération) : "c'est un dispositif nécessaire. On leur apprend à envoyer leur premier mail, à cliquer sur répondre. Il faut travailler sur la confiance, beaucoup se font tout un monde sur l'informatique et ce camion est super parce que les gens peuvent venir gratuitement et se rendent compte que c'est accessible", affirme Léa Roué.

De son côté, Thérèse Diallot attend ses prochaines formations avec impatience. Elle a déjà appris comment se protéger sur internet : "Désormais, je sais comment détecter les mails malveillants. Avant, j'avais peur d'utiliser un ordinateur, je ne savais pas comment reconnaître si c'était dangereux. Mais là je peux cliquer et savoir si c'est un bon site ou pas".

Lors de sa prochaine session, elle apprendra comment payer en ligne. Et un nouveau monde s'ouvrira à elle, sûrement au détriment de ses finances personnelles.