• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

La “rumeur du 9-3” et de Niort : une dizaine de villes seraient concernées, selon Benoît Apparu (UMP)

© Bertrand Guay/AFP Photos
© Bertrand Guay/AFP Photos

Le député UMP Benoist Apparu, qui a porté plainte contre X cet été contre une rumeur, devenue la "rumeur du 9-3", circulant à Chalons-en-Champagne, estime qu'une "dizaine" de maires en France sont concernés par cette rumeur.

Par Christian Meyze

Il y a quelques jours, la députée-maire PS de Niort, Geneviève Gaillard, a porté plainte "contre x" pour "préjudice causé à l'autorité publique par des assertions mensongères". Il s'agissait d'endiguer une rumeur colportée depuis quelques années, mais qui s'était récemment emballée, selon laquelle sa ville
recevrait des subventions pour accueillir des habitants de Seine-Saint-Denis.

M. Apparu est confronté au mêmes genre d'affirmations dans la ville de Chalons-en-Champagne et estime qu'une dizaine de maires en France sont concernés. Il a ainsi cité son collègue Xavier Bertrand (UMP) à Saint-Quentin (Aisne). 

Il a précisé avoir décidé de porter plainte en diffamation à la suite d'une réunion de quartier cet été, au cours de laquelle une personne a publiquement lancé: « De toute façon avec les gens que vous faites venir...!». «J'ai élevé le ton et j'ai dit que je porterais plainte en diffamation à chaque fois », a raconté Benoît Apparu.

Il est accusé pêle-mêle "de faire venir des trains spécialement d'Ile-de-France, de voter des subventions en faveur de ces populations, d'octroyer la gratuité du permis de conduire, ou encore de percevoir 6.000 euros par personne accueillie". Cette rumeur existe depuis deux ans et demi. Elle avait ressurgi au moment des législatives, puis s'était ensuite un peu calmée.

Le maire de Niort avait  rapporté que la rumeur affirmait que sa ville aurait signé une convention avec le Conseil général de Seine-Saint-Denis pour accueillir des "personnes de couleur noire, originaires de ce département ou d'ailleurs mais, en tout cas, non Niortaise".

A cette occasion, le président du conseil général de Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel (PS) s'était insurgé: «Cette rumeur ne repose sur aucun fondement. Ce type de rumeurs stigmatise mon département, c'est insupportable.»

A lire aussi

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus