• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Agression dans un centre de loisirs de Saint-Denis

L' agression a eu lieu lundi dans le centre de loisirs René Descartes du quartier du Franc Moisin à Saint-denis. / © Google Street
L' agression a eu lieu lundi dans le centre de loisirs René Descartes du quartier du Franc Moisin à Saint-denis. / © Google Street

Lundi soir, quatre personnes cagoulées et armées se sont introduites dans le centre de loisirs Descartes à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et ont molesté deux animateurs et la directrice de l'établissement. Une vingtaine d’enfants étaient alors présents dans les locaux.

Par A.B avec AFP

Quatre malfaiteurs, armés notamment d'un "pistolet a priori factice", ont fait intrusion lundi vers 18h00 dans ce centre de loisirs du quartier du Franc-Moisin. Ils se sont dirigés vers le bureau de la directrice et l’ont frappée à coup de crosse ainsi qu’un animateur qui se trouvait à ses côtés. Ils ont aussi repoussé violemment une animatrice qui est tombée au sol. Selon une source policière, les malfaiteurs ont volé un "téléphone portable et un sac", avant de prendre la fuite.

Les malfaiteurs cherchaient une femme 


Selon les premiers éléments, le vol pourrait ne pas être le mobile de cette intrusion violente. Les malfaiteurs semblaient chercher une femme. "Comme ils ne la trouvaient pas, ils sont allés voir la directrice et l'ont molestée", a détaillé une source proche de l'enquête. Selon Le Parisien, les assaillants étaient équipés comme pour une expédition punitive : avec une machette, une arme de poing et une crosse de hockey.

La ville a mis en place une cellule psychologique, tout comme l'éducation nationale pour les enfants. Ils étaient encore une vingtaine au moment de l’agression. Trois employés sont en arrêt maladie. L'un d'entre eux s'est fait prescrire dix jours d'interruption de travail. La surveillance de l’école et de l’accueil du centre de loisirs a quand à elle été renforcé. Les agents de la police municipale sont mobilisés. Laurent Russier, maire PCF de Saint-Denis, devait se rendre sur place ce mardi après-midi. 

Sur le même sujet

À Poissy, les habitants disent non au maintien de la prison en centre-ville

Les + Lus