"Fraude massive" présumée aux faux billets lors de la finale de la Ligue des champions : la justice ouvre une enquête

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emmanuèle Bailly avec franceinfo

Le parquet de Bobigny a ouvert une enquête pour escroquerie en bande organisée, à la suite du signalement du préfet de police de Paris, Didier Lallement, pour une "fraude massive" présumée aux faux billets lors de la finale de la Ligue des champions au Stade de France.

Une défense toujours inchangée du côté Français. Pointées du doigt par les Britanniques après la finale de la Ligue des champions au Stade de France, les autorités françaises ont renvoyé outre-Manche la responsabilité du fiasco, mettant de nouveau en cause une "fraude massive aux faux billets" des supporters de Liverpool. 

Trois jours après la finale de la Ligue des champions et les incidents pour entrer dans le Stade de France, le parquet de Bobigny a ouvert lundi une enquête pour escroquerie en bande organisée. La justice a été saisie après le signalement de Didier Lallement, préfet de police de Paris, pour une "fraude massive" aux faux billets provoquant l'afflux de 30 à 40 000 supporters supplémentaires aux abords du stade.

Dans un rapport remis dimanche au ministre de l'Intérieur, le préfet de police de Paris (PP), Didier Lallement, a estimé que le nombre de spectateurs qui se sont présentés dimanche au Stade de France représentaient "sans doute entre 30 000 et 40 000 personnes au-delà des 80 000 admissibles dans le stade". Il a décidé de saisir la justice pour une "fraude massive aux faux billets".

L'enquête a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance astucieuse de la sous-direction des affaires économiques et financières de la préfecture de police (BRDA).

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité