Un homme interpellé pour avoir dégradé la permanence LREM de Saint-Denis et menacé des militants

Un homme âgé d'une vingtaine d’années a été arrêté mardi après-midi à Saint-Denis après avoir menacé des militants LREM et dégradé la permanence électorale d’Alexandre Aïdara, le candidat du parti présidentiel aux municipales de mars.
La permanence d’Alexandre Aïdara, le candidat LREM à la mairie de Saint-Denis, a été dégradée (illustration).
La permanence d’Alexandre Aïdara, le candidat LREM à la mairie de Saint-Denis, a été dégradée (illustration). © IP3 PRESS/MAXPPP
D’après une source policière, l’homme était muni d’un « cutter ou un couteau ». Un jeune homme a été interpellé mardi après-midi à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, après avoir menacé des militants LREM et dégradé la permanence du candidat macroniste aux municipales : Alexandre Aïdara. L’individu serait « venu une première fois en début d'après-midi » : « Il a menacé des militants avec une arme blanche... L'un d'entre eux a reçu un coup de pied. » Le jeune homme, âgé d'une vingtaine d'années, est ensuite revenu, vers 16h, caméra GoPro sur le torse, pour taguer la devanture, selon cette même source. « Il nous a copieusement insultés », a témoigné Alexandre Aïdara, qui participait à une réunion dans le local.

Des propos « sur les violences policières et la Macronie »

Le candidat LREM à la mairie de Saint-Denis évoque des « insultes sexistes » et des propos « sur les violences policières et la Macronie ». « Il a dit que je n'avais pas le droit d'être là », a-t-il ajouté, dénonçant un incident « intolérable ». La police l'a interpellé près de la permanence, alors qu'il repartait à vélo. Cet épisode n'est pas le premier incident visant le candidat En Marche dans cette ville de Seine-Saint-Denis, dirigée par le PCF depuis la Libération. Sa permanence a été taguée à plusieurs reprises et les vitres du local avaient été brisées en janvier. Un meeting du candidat avait aussi été perturbé début février, aux cris de « Pas de Macronie à Saint-Denis ! ».
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité faits divers la république en marche politique élections municipales 2020 élections