Cet article date de plus de 4 ans

Le concours "Ma thèse en 180 secondes" à l'université HeSam

Le concours "Ma thèse en 180 secondes" fait étape mercredi soir à l'université HeSam, à Paris. Les candidats en lice vont devoir faire prevue de concision et de pédagogie, pour pouvoir espérer se qualifier en vue de la demi-finale nationale, en juin prochain.
L'HeSam, à Paris.
L'HeSam, à Paris. © HeSam/Stéphanie Mermet
L'édition 2017 du concours "Ma thèse en 180 secondes" a fait étape à l'université HeSam à Paris. Ce regroupement universitaire, qui comprend notamment le Conservatoire national des arts et métiers, le CNRS, l'école du Louvre ou encore l'ESCP, organisait mercredi soir sa finale du concours.
Dès 19 heures, les candidats étaient invités à faire la démonstration de leur sens de la concision, de la précision et de la pédagogie. L'un des objectifs de ce concours est en effet de rendre la science plus accessible, moins hermétique et, pourquoi pas, ludique.

Après cette finale locale à l'heSam, l'un des candidats, Jean-Jacques, a été désigné pour représenter le regroupement universitaire lors de la demi-finale, puis la finale régionale.

Trois minutes pour convaincre

Pour ce faire, les candidats doivent faire preuve d'imagination. Car ils ont trois minutes maximum pour  expliquer la teneur de leur thèse. En Île-de-France, huit regroupements universitaires participent à la compétition. Une fois désignés, les vainqueurs des étapes locales sont invités à concourir lors de la demi-finale, puis de la finale, les 13 et 14 juin prochains.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ma thèse en 180 secondes éducation société université