À l’aéroport de Roissy, une pollution de l'air aux particules ultrafines similaire au périphérique selon Airparif

D’après une étude de l’association réalisée en 2022, les concentrations de particules ultrafines au sein de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle sont comparables à l’air pollué le long du boulevard périphérique parisien. Soit l’un des axes routiers les plus pollués de la capitale.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Ce sont des particules en suspension plus petites qu'un virus. Selon Airparif, les concentrations de particules ultrafines (PUF) au cœur de Roissy sont similaires à celles le long du périphérique.

L’étude, publiée jeudi, remonte à l’automne 2022. Pendant trois mois, l'observatoire de la qualité de l'air en Île-de-France a relevé une concentration moyenne de PUF de 23 000 particules par centimètre cube au milieu du plus important aéroport de France, au même niveau que la pollution enregistrée sur le boulevard périphérique.

"Les résultats de cette campagne de mesure confirment que le trafic aérien engendre une augmentation des niveaux de particules ultrafines à proximité des aéroports, en accord avec les connaissances scientifiques nationales et internationales", indique Airparif dans une synthèse.

Particules solides en suspension d'un diamètre inférieur à 100 nanomètres, les PUF sont supposées néfastes pour la santé en raison de leur capacité de pénétration dans l'organisme mais ne font pas à ce jour l'objet de réglementation, faute de connaissances scientifiques suffisantes.

"Cette influence n'est plus visible à 10 km" de distance

Plus difficiles à mesurer, les PUF sont moins bien connues que leurs grandes soeurs au diamètre plus important : les PM10 et PM2,5 (particules fines), dont les effets néfastes sur l'organisme humain sont scientifiquement établis. La pollution aux particules fines augmente le risque de développement de maladies pulmonaires, cardiaques, d'AVC ou de cancers. Elle a causé au moins 253 000 décès prématurés dans l'Union européenne en 2021, selon les derniers chiffres disponibles de l'Agence européenne de l'environnement.

D'après l'étude d'Airparif, la pollution aux PUF imputable au trafic aérien baisse à mesure que l'on s'éloigne de l'aéroport. A un kilomètre de distance (où l'on mesure 17 900 particules/cm3), la concentration est encore le double de celle relevée au centre de Paris (9 300 particules/cm3).

Et si la surconcentration reste notable à 5 km de distance, "cette influence n'est plus visible à 10 km" où d'autres sources locales de PUF deviennent prédominantes, note Airparif.

L'étude a été réalisée de mi-septembre à mi-décembre 2022 avec un trafic aérien dans la moyenne de près de 1 150 décollages ou atterrissages quotidiens. Elle s'inscrit dans une campagne pluriannuelle d'Airparif de documentation des sources et de la diffusion en région parisienne des PUF.