• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

L'aéroport de Roissy met en place un service de consigne pour les produits interdits en cabine

L'aéroport Roissy Charles de Gaulle met en place un service de consigne pour objets interdits en cabine. (Photo d'illustration) / © PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI/MAXPPP
L'aéroport Roissy Charles de Gaulle met en place un service de consigne pour objets interdits en cabine. (Photo d'illustration) / © PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI/MAXPPP

Plus besoin de jeter vos parfums, couteaux et autre produits indésirables en cabine. L'aéroport de Roissy Charles de Gaulle permet de les mettre en consigne et les récupérer ultérieurement ou tout simplement vous les faire envoyer.

Par Valentine Ponsy avec MT

Un couteau suisse ou une paire de menottes : déposés dans une urne, ces objets sont voués à la destruction. Ils sont encore nombreux à se faire piéger comme ce couple d'Italiens, leurs articles de parfumerie ne sont pas conformes.

Lors du passage en zone d'embarquement, la réglementation est stricte. Mais tout a changé. Les agents de sûreté proposent de mettre en consigne ou d'envoyer à l'adresse de son choix les objets interdits en cabine.
 

Objets surprenants

Mis au point avec La Poste, ce service est payant mais il rassure les voyageurs stressés et facilite le travail des agents confrontés chaque jour à ces désagréments.
 
"Paris Charles de Gaulle, c'est 200.000 passagers par jour. On a observé que plus de 10% de ces passagers avaient des objets interdits en cabine. En 2017, c'étaient plus de 15 tonnes d'objets qui ont été récupérés", explique Sébastien Couturier, responsable du pôle innovation Groupe ADP.

Et certains bagages à main recèlent parfois des objets surprenants. "Nous avons des passagers qui font leur repas pour manger dans l'avion, qui le préparent dans des autocuiseurs et qui l'emmènent avec. Nous avons aussi des moteurs de mobylettes, des réservoirs, un peu de tout", raconte Karim Azizi, opérateur de sûreté chez Brink's.
 

10 à 30 euros

Les objets sont stockés dans cette annexe de la consigne à bagage. Les propriétaires ont 21 jours pour se décider mais ils sont encore peu nombreux à les réclamer.

"L'estimation de réexpédition ou de récupération est de pour l'instant de 30-35%. Le reste est malheureusement renvoyé pour être détruit", indique Laurent Vernoux, responsable des activités aéroportuaires - Bagages du Monde.

De 10 euros pour la consigne, jusqu'à 30 euros pour un envoi international, c'est le prix pour éviter de gâcher ses vacances.
 

Sur le même sujet

A Paris, des habitants sont formés pour éradiquer la présence de rats

Les + Lus