Assa Traoré, égérie d'une collection Louboutin pour lutter contre les violences policières

Dans un post Facebook du collectif "La vérité pour Adama", Assa Traoré pose poing levé, chaussée de Louboutin. La marque a présenté une collection destinée à lutter contre le racisme et l'injustice sociale. Une initiative qui ne fait pas l'unanimité.

Assa Traoré, soeur d'Adama Traore, en juillet 2020 à Beaumont-sur-Oise dans le Val d'Oise.
Assa Traoré, soeur d'Adama Traore, en juillet 2020 à Beaumont-sur-Oise dans le Val d'Oise. © BERTRAND GUAY / AFP

Le poing levé, des Louboutin aux pieds. Assa Traoré a diffusé sur les réseaux sociaux une photo d'elle accompagnée d'un long post où elle remercie les initiateurs de cette campagne : Christian Louboutin et le couple Elba.

"Votre courage, votre détermination sont à l’image des forces que nous transmettons aux générations qui nous suivent. Le message d’égalité et les valeurs que vous diffusez en encourageant les uns et les autres, à travers cette magnifique collection, à l’empathie et à l’action, sont le signe que nos espoirs de voir la justice sociale et civique triompher ne sont pas vains dans la lutte contre les violences policières, la discrimination", explique-t-elle sur la page du collectif La vérité pour Adama.

Le bénéfice reversé à des associations

Une action qui s'inscrit dans le cadre du mouvement Black Lives Matter. Celle qui défend la mémoire de son frère, Adama, mort en 2016 lors d'une interpellation dans le Val-d'Oise, porte des chaussures de la collection "Walk a mile in my shoes" (Marche un kilomètre dans mes chaussures).

Selon un article du Figaro, Christian Louboutin a eu l'idée de cette campagne alors que le couple Elba réagit "sur Instagram au côté d'Opal Tometi, cofondatrice de 'BLM'. Ce jour-là, leur ami Christian Louboutin fait partie de la large audience qui écoute les débats en direct. Touché par les mots puissants et plein d'espoir de l'acteur de Luther et The Wire et de son épouse afro-américaine, le chausseur décide de s'invertir pour la cause, en faisant ce qu'il sait faire de mieux: des souliers."

Le fruit de cette vente irait en totalité à "des organisations pour lutter contre les violences policières, le racisme, la discrimination", précise Assa Traoré.

De nombreuses critiques

Mais son initiative est loin de faire l'unanimité. Parmi les nombreux commentaires qui ont accompagnés cette publication, certains critiquent l'opportunisme de Louboutin comme un utilisateur qui relève que : "Votre noble combat n’a nul besoin de passer par la publicité des grandes marques".

D'autres ironisent sur les réelles valeurs de Louboutin alors que le fondateur a une fortune estimée à plusieurs centaines de millions d'euros : "On attend le partenariat avec Moët & Chandon pour fêter la victoire finale".

Certains médias ont aussi raillé cette campagne comme Marianne qui affirme que "la soif de 'justice sociale' brandie par l'icône antiraciste s’arrête aux portes des inégalités économiques".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire adama traoré faits divers mode culture