Des milliers de Kurdes attendus à Villiers-le-Bel pour les funérailles des 3 personnes assassinées à Paris

Les funérailles des trois Kurdes tués avant Noël dans une fusillade à caractère raciste en plein cœur de Paris se déroulent ce mardi 3 janvier à Villiers-le-Bel.

Des milliers de membres de la communauté kurde se sont donné rendez-vous ce mardi à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise) pour rendre hommage à  Abdurrahman Kizil, Mir Perwer, un chanteur kurde réfugié politique, et Emine Kara, responsable du Mouvement des femmes kurdes en France, assassinés par balles le 23 décembre devant le centre culturel Ahmet-Kaya de la rue d'Enghien à Paris (Xe). 

La communauté se recueillera dans l'après-midi devant les dépouilles des trois morts. "Cette cérémonie sera l'occasion pour celles et ceux qui le souhaitent de rendre un dernier hommage (...) avant que les corps des défunts ne soient rapatriés sur leurs terres natales", pour leur inhumation, indique sur son site internet le Conseil démocratique kurde de France (CDKF).

Des participants sont attendus en provenance de toute la France, voire même de pays européens, avec des bus spécialement affrétés pour prendre part à cette cérémonie, selon des sources locales. En plus du service d'ordre des organisateurs, un dispositif policier sera déployé devant la salle des fêtes louée pour l'occasion.

"Haine des étrangers"

Les trois défunts ont été assassinés par William Malet, qui a été désarmé et arrêté tout de suite après les faits.

Devant les enquêteurs, l'homme de 69 ans, déjà connu de la justice pour des faits de violence et qui sortait tout juste de détention provisoire pour une autre affaire, a fait part d'une "haine des étrangers pathologique" et dit avoir voulu "assassiner des migrants", selon le parquet de Paris.

Ce conducteur de train à la retraite, a été mis en examen le 26 décembre pour assassinat et tentative d'assassinat en raison de la race, l'ethnie, la nation ou la religion. L'homme a été écroué. 

Hommage mercredi à Paris

Une marche blanche se tiendra ce mercredi rue d'Enghien sur les lieux du drame. Une "grande marche" de la communauté kurde, initialement prévue pour les dix ans de la mort des militantes du PKK en 2013, partira samedi de la gare du Nord à Paris.

La mairie de Paris rendra également hommage lundi 9 janvier. aux 3 femmes assassinées en 2013 

Avec AFP