• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

La Francilienne Madeleine Malonga remporte l'or aux mondiaux de judo

Madeleine Malonga obtient son premier titre mondial de judo dans sa catégorie des -78 kg. / © CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Madeleine Malonga obtient son premier titre mondial de judo dans sa catégorie des -78 kg. / © CHARLY TRIBALLEAU / AFP

À 25 ans, Madeleine Malonga obtient son premier titre mondial de judo dans sa catégorie des -78 kg. La native de Soisy-sous-Montmorency (Val d'Oise) apporte la troisième médaille d'or à la France, toutes remportées par des femmes.

Par MT avec AFP

"On a une team de ouf !", a souri Madeleine Malonga à propos du groupe féminin dont elle fait partie au micro de la chaîne L'Équipe. La judoka âgée de 25 ans s'offre sa première couronne de championne du monde de judo ce vendredi à Tokyo.

Longtemps, Malonga a attendu son tour. Entrée à l'Insep en 2010, l'année de ses dix-sept ans, celle qui, enfant, a rapidement abandonné la danse pour le judo est restée de longues années dans l'ombre, notamment celle d'Audrey Tcheuméo, double médaillée olympique, mais en difficulté cette année et pas sélectionnée pour ces Mondiaux-2019.

La native de Soisy-sous-Montmorency (Val d'Oise) et licenciée à l’Étoile Sportive de Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) s'est vraiment lancée sur la scène internationale que depuis deux saisons. Elle s'est offert de l'or européen en 2018, puis du bronze il y a deux mois. Entre les deux, sa première expérience mondiale s'était achevée sur une septième place.
 

Les JO dans le viseur

"Je suis montée en puissance tout au long de la journée. Gagner au Japon, ça me tenait à cœur. J'espère que dans un an au même endroit, ce sera aussi l'or", ose Malonga, qui a évidemment frappé fort dans la course à l'unique sésame olympique en jeu, et peinait encore à contrôler ses larmes de longues minutes après sa victoire.

"Depuis des années, j'ai tellement travaillé pour ça, me dire que j'y suis (arrivée), je pense que je vais en pleurer pendant quinze jours, mais tant pis, je suis fière de moi", se réjouit-elle.

Malonga, qui mène en parallèle de sa carrière sportive des études d'infirmière, devient la vingtième judoka française de l'histoire sacrée championne du monde.
 

Pluie de médailles

Un titre qui vient apporter une troisième médaille d'or à la France, toutes remportées par la délégation féminine. Il y a d'abord eu le quatrième sacre historique de Clarisse Agbegnenou (-63 kg) mercredi, puis le premier de Marie-Eve Gahié (-70 kg) jeudi. Deux médailles de bronze ont également été conquises par des judokas français : Margaux Pinot en -70 kg et Axel Clerget en -90 kg.

Le judo tricolore n'avait plus amassé autant d'or depuis les Mondiaux-2011 organisés alors à Bercy où 4 titres avaient été remportés. Une prouesse d'autant plus remarquable que son sportif phare, Teddy Riner, fait l'impasse sur le rendez-vous tokyoïte, pleinement focalisé sur les JO-2020.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

150 migrants évacués du parc de la Villette, où ils campaient « pour être visibilisés »

Les + Lus