• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

La grève SNCF touche aussi les commerçants des gares

La gare Saint-Lazare, un jour de grève, le 19 avril 2018. / © Christophe SIMON / AFP
La gare Saint-Lazare, un jour de grève, le 19 avril 2018. / © Christophe SIMON / AFP

La grève pénalise aussi les commerçants à proximité des gares. Ils se plaignent d'une baisse de l'activité et d'une baisse de la fréquentation de leur boutique. Pour certains le chiffre d'affaires aurait baissé d'un tiers.

Par Marc Taubert

Café, viennoiseries ou magazines, les usagers du RER A consomment-ils moins en période de grève ? Leurs réponses sont partagées : "Il y a moins de transport, on calcule plus, on est plus pressé donc on a moins le temps de faire un peu ses emplettes." Même si une autre usagée relativise : "Au contraire, comme je passe plus de temps en gare, parfois je fais un petit tour et je finis toujours par acheter un petit truc."

Des habitudes qui varient d'une personne à l'autre mais le constat est bien réel : ce mercredi 18 avril, la gare de Cergy Préfecture est calme. Rien à voir avec ses 28.000 voyageurs par jour. Un véritable manque à gagner pour ce stand de fruits et légumes installé sur le parvis.

"L'hiver c'est calme. On attend toute l'année qu'il fasse beau, mais avec les grèves c'est vraiment calme. Il y a presque moins de 30 à 40% de chiffre que d'habitude", explique Saad Khaldi.

La grève SNCF touche aussi les commerçants des gares
Intervenants : Saad Khaldi; Amélie Hu, associée au "Parvis de la fontaine"; Alex Jagorek, chauffeur de taxi - France 3 Paris - Île-de-France - Safar Baroud, Louise Simondet, Cécilia Ngoc

Des commerces vides aux abords des gares


Même son de cloche au Parvis de la fontaine. Dans ce café généralement bondé le matin, seuls quelques courageux ont fait le déplacement : "Ce matin, c'était plus que calme. Il y a des habitués en temps normal qui viennent prendre leur café, et là on ne les voit plus du tout", raconte Amélie Hu, associée au "Parvis de la fontaine".

Du côté des taxis, on prend la chose avec philosophie et on profite du soleil entre collègues : "On attend tous notre tour pour pouvoir prendre un client tout simplement. Il y a entre une et deux heures d'attentes."

Avec un chiffre d'affaires diminué de 20% en moyenne, commerçants et artisans vont devoir tenir bon car 29 jours de grève sont encore prévus.

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus